Et vice-Versailles [2]

Ce n’est pas vraiment « le rouge et le noir » mais plutôt « le rouge et le doré » : tentures, tableaux, lits,  commodes, rideaux sont comme trempés dans le sang et celui-ci contenu par des cadres enluminés et sculptés de la couleur du Roi Soleil lui-même.

Malgré la chenille touristique, on a le temps de stationner quelques secondes dans chaque pièce, d’admirer rapidement la grandeur des portraits, la pose obligatoire (jamais une scène un peu quotidienne, Madame de Montespan reste très pudique…), le hiératisme des regards représentés.

Nos voisins nous poussent et nous tirent, nous enfilons le couloir jusqu’à la galerie des Glaces dont le coude du guide filaire – une sorte de virage en épingle à cheveux – peut dissuader la plupart des visiteurs d’aller jusqu’à son terme.

Les lumières qui s’y reflètent sont néanmoins de toute beauté : gloire à celui qui à pensé ainsi que des miroirs garderaient trace de toutes celles et ceux qui auront passé un moment, depuis la construction du château de Versailles, devant leur réponse imagée et comme encore présente, faisant fi de plusieurs centaines d’années.

vers9_dh

vers10_dh

vers11_dh

vers12_dh

vers13_dh

vers14_dh

vers15_dh

vers16_dh(photos : cliquer pour agrandir.)

(Jean-Baptiste Lully, La Marche des combattants)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , ,

24 réflexions sur “Et vice-Versailles [2]

  1. Écouté hier toute la journée du baroque français grâce à vous

  2. brigetoun dit :

    oui grâce à lui que ce soit Hardouin Mansart ou Lebrun… et se dire qu’il y avait sans doute alors même foule à certaines heures
    et puis le côté trop clinquant (comme les meubles en argent) a disparu, s’est adouci, s’est fait splendeur classique

  3. gballand dit :

    Bien trouvée, cette marche des combattants… vous avez eu bien du courage ! 😉

  4. Aurélie dit :

    Chouette moment. Ce n’est pas le Louvre mais on aime y revenir.

  5. nanamarton dit :

    Merci pour Lully 🙂 !

  6. Alex dit :

    Versailles était aussi une gigantesque vitrine d’exposition, et nous avons vendu « clé en main » tous les châteaux d’Europe, sans compter tous les meubles, bibelots, glaces et peintures diverses.
    Ces affreuses tentures rouges dont on affuble à profusion maintenant les musées, n’ont rien à voir avec les décorateurs de l’époque, simplement parce que la teinture rouge est la moins chère des couleurs.
    Tant pis pour la dissonance !
    Anecdote : on vendait dans les jardins les plats et les vins servis à la table royale, d’où la mode internationale de manger français, le chic du chic.
    Rappel d’une autre anecdote toujours amusante : il était obligatoire d’être armé d’une épée pour visiter Versailles. Qu’en pense notre monarque FH sous les ors de L’Elysée ?

    • @ Jacqueline : alors, on devrait retrouver un peu plus de celle couleur dans les programmes politiques…
      FH dort sous les ors encore quelques mois : ensuite, il se devra se contenter d’un voile de tulle. 🙂

      • Alex dit :

        L’avenir, privatisation des services publiques, suppression de la sécurité sociale, ubérisation, vente de Roissy, puis d’Orly aux Chinois et autres, à pôle-emploi un salaire maximum est de 1000 euros par mois, mais ça va dégringoler !
        « Faut rigoler, faut rigoler, de peur qu’le ciel nous tomb’sur la tête ! »

        @ Alex : l’humour est en effet un bon remède contre le catastrophisme ! 🙂 D.H.

  7. J’imagine la tête de ces ancêtres, en voyage temporel, devant ce petit peuple, en visite dans leurs alcôves secrètes… 😱😵😂😂😂

  8. Francesca dit :

    Malgré le temps d’attente dans des files interminables qu’on ne peut guère couper, ces photos redonnent l’envie d’une visite, d’autant que la mémoire s’effiloche : j’ai vu tout cela plusieurs dizaine de fois, avec mes parents, puis avec de nombreux amis provinciaux de passage à « la capitale », mais je ne me souvenais ni des quatre bouquets de plumes d’autruche blanches au-dessus du lit du roi, ni des scènes représentées au plafond…
    Enfant, j’adorais les jardins de Versailles et mes enfants en ont raffolé aussi, mais je n’y ai plus mis un pied depuis que la grande tempête de décembre 1999 y avait fait des coupes claires navrantes…
    J’ai suivi les restaurations successives qu’il est grand temps d’aller voir sur place. Tout compte fait, la foule n’est pas si dense. Et merci aussi du clin d’œil musical…

    • @ Francesca : non, l’attente est moins longue qu’au Centre Pompidou pour une expo Magritte…
      Et l’avantage est que les lits ne bougent pas de place (même quand un gigantesque homard à la Koons s’invite parfois dans les lieux !) ! 🙂

  9. Alex dit :

    Il existe des visites privées pour tous les musées, voir internet ou à la direction, ainsi que des tickets coupe-fil, ou bien, astuce, arriver en fauteuil roulant.

  10. @ Alex : Ah, merci, je comprends mieux alors pourquoi j’ai aperçu cette file de trois cents fauteuils roulants sur le pavé, juste à l’entrée après la statue de Louis XIV à cheval… 🙂

    • Alex dit :

      Comment ont-ils fait pour pousser les fauteuils roulants sur les horribles pavés disjoints et « artistiquement » disjoints, sur lesquels il est déjà difficile de marcher ? En plus ça monte, courage pour celui qui pousse !

  11. Arlette A dit :

    Un grand désir désir d’y retourner en solitaire ou visite privée… mais il y a je crois abolition des privileges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :