Et vice-Versailles [4]

Sortir du château de Versailles et apercevoir la terre marron sans son manteau vert, regarder les jardins par la gauche avant de se recentrer par rapport à la façade et à la rosace aquatique dans laquelle son image plonge par intermittences, oublier les palissades de la rénovation, retrouver les statues dénudées puis, au loin, la perspective du canal où aucune embarcation ne se profile, où aucune femme ou aucun homme en perruque ne semble présent au rendez-vous pourtant fixé à l’aide d’un parchemin dûment acheminé par un courrier à cheval, aimer le ciel changeant – de minuscules gouttes de pluie finissent par tomber pour nous rappeler la variabilité au sein des quatre saisons – et se dire que cette vue fut la même que celle contemplée il y a des siècles par les yeux de hauts personnages de l’Histoire flottant peut-être subrepticement, ici ou là, dans l’air sans doute plus délétère que jadis.

vers25_dh

vers26_dh

vers27_dh

vers28_dh

vers29_dh

vers30_dh

vers31_dh

vers32_dh(photos : cliquer pour agrandir l’espace.)

(Jean-Philippe Rameau, Les Indes Galantes, Rondeau)

[ ☛ à suivre ]

Tagué ,

16 réflexions sur “Et vice-Versailles [4]

  1. brigetoun dit :

    le jardin entre travaux et tenue d’hiver.. mais son dessin comme un squelette
    (quant à l’air délétère le château a connu pire que ce soit luttes intestines ou présence de bottes cirées et étrangères, mais on aimerait que ces temps soient définitivement du passé)

  2. gballand dit :

    Difficile de voyager dans le temps, mais l’atmosphère est là 😉

  3. PdB dit :

    dans l’avant dernière photo, on a l’impression de se trouver dans le magnifique « L’année dernière à Marienbad »…

    • @ PdB : ta remarque n’est pas fausse puisque, comme tu le sais évidemment, une partie de ce film (Alain Resnais, 1961) a été tournée dans le parc du château de Schleissheim (Allemagne) qui présente quelques ressemblances avec celui de Versailles… 🙂

    • Francesca dit :

      Ah oui, PdB ! J’en ai aussi été frappée. Un de mes films de prédilection.

  4. Arlette A dit :

    Grâce …la musique est là

  5. @ Arlette A : et ses partitions, dans la même harmonie, demeurent baroques… 🙂

  6. nanamarton dit :

    … « s’ils sont sensibles, Fortune, ce n’est pas au prix de tes faveurs » : les Sauvages étaient sages 🙂 !
    quelle est la version que vous avez choisie ?

  7. @ nanamarton : il s’agit de l’interprétation par Les Musiciens du Louvre (direction : Marc Minkowski) en 2002. ★★★★

  8. Il est interdit de voler la petite auto et ses accessoires

  9. Alex dit :

    Belle phrase de 10 lignes – qui reflète bien cette impression d’immensité – une grandeur qui ne finit jamais – surtout lorsqu’on se promène dans les jardins et le parc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :