La Fayette, la voilà !

Sur le plan de (la) circulation automobile, je crois que cette rue La Fayette à Paris (plus de 2,8 km de longueur) est une des pires à emprunter, ce qu’il m’arrive de faire quasiment toutes les semaines.

Elle comporte juste deux voies en sens unique (dans le sens montée vers les deux gares), et à droite un couloir de bus : arrivé au carefour avec le boulevard Magenta, si l’on veut tourner vers République, c’est un exploit à réussir et à renouveler à chaque fois, avec sonnette des bus et klaxon des taxis et même des voitures non autorisées et  des deux roues se moquant allègrement – on ne voit plus jamais un seul agent de police pour tempérer les ardeurs de certains ou faire respecter les feux rouges  en ville – de celui qui veut prendre un chemin transversal.

Le Secret de la chambre noire plane déjà sur le trottoir (le feu est à l’orange mais de couleur jaune), alors restons « smart » dans les embouteillages insensés avant tout énervement, et fabriquons notre propre cinéma.

la-fayette_dh(photo prise le 28 février. Cliquer pour agrandir.)

(Wynton Marsalis, Cherokee)

Tagué , , ,

23 réflexions sur “La Fayette, la voilà !

  1. Il faut être Parisien pour oser rouler dans votre ville

  2. @ colorsandpastels : rassurez-vous, la circulation automobile sera progressivement et totalement interdite, sauf pour quelques privilégiés aux commandes de l’État (seule Christiane Taubira aura montré l’exemple) et tout le monde ira « à bicyclette », même pour déménager – ailleurs qu’à Paris ! 🙂

  3. gballand dit :

    Une musique qui donne bien le rythme de la rue. La rue La Fayette à vélo, l’enfer 😉

  4. « Est-ce que c’est ça la réalité ? »
    Ou sommes-nous enfermés dans un cauchemar ambulatoire au quotidien ?
    À Lyon, la dimension urbaine me semble plus humaine…
    Merci pour ce lien cinématographique !

    • @ mchristinegrimard : c’est un embouteillage permanent, mais tant qu’il n’y aura pas un plus grand nombre de bus (parfois il faut attendre un quart d’heure ou vingt minutes pour voir s’en pointer un !) ou d’autres moyens de transport « alternatifs », les gens prendront leurs voitures avant la grande interdiction définitive ! 🙂

      Le Kurosawa du film annoncé n’est pas celui du cinéaste bien connu…

  5. Alex dit :

    La rue La Fayette, une longue rue qui va de l’Opéra à Stalingrad (la place), a été percée en 1823. Comme l’avait déjà noté Balzac, il y a des rues que l’on aime ou pas emprunter, or j’y ressens une certaine tristesse.
    Vu récemment une photo 1900 du carrefour Opéra, Galeries Lafayette, rue La Fayette, un monde fou qui traverse en diagonale n’importe comment, les passages cloutés n’ayant pas encore été inventés, et au milieu des voitures !

  6. PdB dit :

    Un peu après le carrefour « de la mort » avec Magenta, il y a au 145 un immeuble en trompe-l’oeil, habité par une seule et assez imposante cheminée (régie RER je crois) et juste à côté, au 147 si j’ai bonne mémoire (j’ai vérifié), le centre culturel kurde où trois femmes éminentes furent assassinées, sans doute par le pouvoir turc).Merci pour Wynton Marsalis qui met un peu de gaieté sur la pluie d’aujourd’hui…

    • @ PdB : la photo de l’immeuble en trompe-l’œil de la RATP (bouches d’aération du RER B) figure dans la notice Wikipédia mise en lien plus haut… On y parle même de l’écrivain Umberto Eco.
      Merci pour le rappel concernant le centre culturel kurde (gardé il n’y a pas si longtemps par des militaires) et l’assassinat politique, réel et non fictif celui-là, commis sur les lieux.
      J’avais vu, il y a quelques années, Wynton Marsalis au festival de jazz de Marciac, Un musicien très fort et très fin. 🙂

  7. brigetoun dit :

    et ne descendez pas de voiture, ce n’est pas mieux pour les piétons, c’est étonnant avec cette agitation mais l’ai toujours trouvée d’autant plus longue qu’ennuyeuse

  8. Aunryz dit :

    Impressionnant
    même non-vécu … de loin.

    • @ Aunryz : n’exagérons pas ! Un embouteillage comme il y en a tant… 😉

      • Aunryz dit :

        Je ne savais plus trop comment c’était (sourire)²
        Ceci dit
        en écoutant Wynton Marsalis (merci)
        ce peut être supportable (?)

        @ Aunryz : oui, la musique adoucit les teufs-teufs ! 😉 D.H.

  9. Nina Delsol dit :

    Dominique, vous venez de me faire relire « Les embarras de Paris » de Boileau, texte que l’on trouve sur le net. Rien n’a changé : sauf que les voitures ont remplacé les charrettes et carrosses…:-)

    • @ Nina Delsol : ce blog est donc parfois instructif ! Mais à l’époque, la seule pollution était sans doute celle du crottin de cheval ! (et « les feux de cheminée », ignorés…) 🙂

  10. Alex dit :

    @ Nina Delsol : merci de nous rappeler  » Les embarras de Paris » de Nicolas Boileau – je pensais à ce texte satirique en lisant ce matin le blog de Dominique Hasselmann, mais je ne me remémorais plus ni le texte ni l’auteur !

  11. c’est vrai que cette artère est terrible à emprunter ! Amitiés caphyesques

  12. Francesca dit :

    Oui, rue rébarbative au possible, où voitures et bus sont pareillement bloqués de longues minutes ! Mais pour aller vers Gambetta, on entre enfin dans l’avenue Simon Bolivar et on est tout à coup libéré ; normal 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :