« Emprunter » (à Paris, 10ème) les rues Taylor et Lucien Sampaix

Hier matin, depuis la rue René Boulanger (10ème), j’ai « emprunté » (expression amusante) la rue Taylor, riche en images, on la descend, il suffit ensuite de traverser la rue du Château d’eau – là où se tient logiquement la caserne de pompiers – puis on aboutit alors dans la rue Lucien Sampaix, toute pacifique (malgré la tête de Fillon), grâce aussi à ce lieu où l’on peut tapoter sur un ordi avec ou sans sucre.

(photos 1 à 7 : rue Taylor.)

(photos 8 à 10 : rue Lucien Sampaix.)

(toutes les photos peuvent être agrandies d’un simple clic.)

(Lee Morgan, The Sidewinder)

Tagué , , , , , ,

17 réflexions sur “« Emprunter » (à Paris, 10ème) les rues Taylor et Lucien Sampaix

  1. brigetoun dit :

    attraper du rêve dans une vitrine avec des couleurs tendres posées, découvrir une affiche/revendication et l’apprécier, etc.. continuer
    mais avant, au coin de la rue Taylor, là où il y a la pharmacie, pour moi, saluer les bons et assez mauvais souvenirs de la gestion d’un immeuble 🙂

  2. gballand dit :

    Je vois que sidewinder peut vouloir dire : coup de poing venu de côté)- c’est un peu ce qui caractérise cette campagne 😉 En tout cas une jolie déambulation au son de cette musique

  3. Alex dit :

    La rue est à tout le monde, me direz-vous. Oui, mais après avoir emprunté une rue, il faut aussi penser à la restituer. Question de sens civique.

    • @ Alex : cela signifie aussi la prendre alors que c’est interdit (« emprunter un couloir de bus »…).
       » La rue nous appartient ! » : futur slogan après le 8 mai 2017 ? 🙂

  4. nanamarton dit :

    Une restitution pleine d’intérêt(s) de l’emprunt d’une succession de rues 😉 !

  5. Godart dit :

    Effectivement, my Taylor is rich, alors quitte à  » emprunter  » une rue, autant choisir celle-ci.

  6. PdB dit :

    « coworking » le nouveau nom de la taylorisation du travail (« qu’ils aient tous une voiture, de la couleur qu’ils veulent, du moment qu’elle soit noire » disait ce brave Henry Ford) : dommage, c’est la rue à Lucien Sampaix… (bon courage pour tout ça…)

    • @ PdB : c’est sans doute la même consigne (pour les voitures) chez Uber.
      Mais Ford et la « taylorisation » du travail, bien vu !
      Enfin, si ce lieu de « coworking » sur Internet permet à certains de découvrir un résistant… 😉

  7. Francesca dit :

    Amusée par les divers jeux de mots, il se trouve que j’emprunterai la rue Taylor cet après-midi pour voir au n° 13, à la bien nommée Galerie Treize-Dix, une expo collective dénommée « Autre », à laquelle participe mon amie Anne Gorouben avec ses superbes dessins.

  8. comtessedepenne dit :

    À force de prendre un air emprunté lorsqu’elle passe par cette rue, elle a fini par y laisser son empreinte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :