Archives du 14/03/2017

L’existence des camions

(Paris, le 12 mars, boulevard de La Villette. Cliquer pour agrandir.)

Ils ne les ont pas fait nettoyer, ils aiment les couleurs diverses et chatoyantes dont ils ont été recouverts et ce langage inconnu leur parle. L’existence des camions peinturlurés leur plaît. Un beau matin, ils les ont trouvés tels quels et n’ont pas voulu les modifier : ils étaient blancs, auparavant, quelconques, anonymes, et soudain ils sont presque devenus des œuvres de street art, mais mobiles – une expo au Grand Palais conviendrait, quand même.

Quand les chauffeurs montent dans leurs mastodontes, certains ont l’impression (même si ce n’est pas de l’impressionnisme !) qu’ils entrent chacun dans leur propre tableau, ils prennent le volant en main, démarrent et alors le levier de vitesse ressemble à un gros pinceau. Quand ils roulent, les visiteurs restent prudemment sur les trottoirs ou dans leurs automobiles non encore picturales.

La peinture peut se déplacer aussi en dehors du cadre.

(Sonny Rollins, Strode Rode)

Tagué , ,