Archives du 04/04/2017

Mini-vrac du dimanche 2 avril (2/3)

En remontant à pied un peu plus haut que le siège du Parti communiste, place du Colonel-Fabien (expo Bernard Rancillac en ce moment, gratuite), on se retrouve au bas de l’escalier qui permet de grimper jusqu’à la butte Bergeyre, certes moins connue que celle des Buttes-Chaumont.

C’est un petit havre de paix, ce quartier en hauteur, avec sa vue imprenable sur le Sacré-Cœur, sa vigne qui donne cent litres de vin par an (à consommer donc avec modération) et ses maisons des années vingt où rôdent encore les signes d’un écrivain comme Henri Calet (« La Belle lurette ») ou d’hommes politiques de la stature de Pietro Nenni ou Pierre Naville, lui qui appartint quelque temps au mouvement surréaliste.

Les prix de l’immobilier ne sont pas donnés ici (le cinéaste Jacques Audiard y habiterait), mais les rues pavées à l’ancienne semblent hors du monde « d’en bas », même si « l’enlèvement demandé » pour les voitures stationnant innocemment semble respecté avec un esprit obtus quand on remarque la voiture silencieuse (électrique) de la Préfecture de police s’arrêter tous les dix mètres pour distribuer sur les pare-brises, sans complexe pour la trêve que l’on pouvait croire dominicale, ses funestes papillons de papier.

(photos : cliquer pour agrandir.) 

(Count Basie, Splanky)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , ,