New Orléans’ Battle (9)

Les jeunes candidats (de 9 à 17 ans, répartis en trois niveaux) du concours international de piano junior « Brin d’herbe » sauront ce soir du samedi 8 avril à quelle sauce – ou quel impromptu – ils ont été mangés après trois après-midis de lutte incessante avec le clavier.

Leurs performances, axées principalement sur des œuvres contemporaines (une interprétation de Giörgy Kurtág obligatoire pour chacun, parmi d’autres compositeurs !), auront été pourtant à la hauteur des enjeux.

Les résultats ont été proclamés et publiés depuis.

Il nous reste encore un peu de temps pour ressentir la douceur du printemps « orléanais » au travers des petites rues qui nous ramènent vers la cathédrale et le conservatoire qui jouxte la Salle de L’Institut où se déroulent les dernières épreuves.

(cliquer pour agrandir les photos.)

(György Ligeti, Étude N°1, Désordre, par Guiseppe Andaloro)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , ,

19 réflexions sur “New Orléans’ Battle (9)

  1. nanamarton dit :

    Merci pour cette jolie et musicale visite guidée !
    Je me demande si je préfèrerais habiter dans la rue Guichet de Moi ou dans celle des Sept Dormants (les sept petits amis de Blanche-Neige, assoupis par solidarité ? ) …

  2. Visite guidée de mon lit, dormante de Pâques

  3. brigetoun dit :

    je me demande si j’aimerais habiter à côté de l’école nationale de batterie qui doit parfois secouer un peu la douceur charmante de la ville

  4. Alex dit :

    L’art de flâner le nez au vent, cependant que de pauvres petits – mais qui sait, peut-être futurs génies – s’échinent dans l’angoisse d’un concours international !

    • @ Alex : non, c’était l’après-midi, le concours. ils pouvaient donc aller aussi réviser leur partition (car ils ont presque tous joué par cœur) au bord de la Loire, le matin ! 🙂

  5. Godart dit :

    Et toujours cette belle luminosité si douce.

  6. Ariane dit :

    Belle balade orléannaise, arrêt rue des sept dormants… un pour chaque jour de la semaine. Mais qui sont-ils ?

  7. PdB dit :

    j’aime assez l’image de chats (l’aîlé fait penser au symbole de la sérénissime) il y a aussi ce film de Chris Marker à ce sujet (mais il n’y est pas toujours muni de ses appendices angéliques)

  8. @ PdB : merci pour ton passage. Le chat de Banski, après Paris et Orléans, était même passé par Gaza ! Le lion de Venise a aussi des griffes… 🙂

  9. Francesca dit :

    Banski fait voler partout son chat joyeux ; plaisir !

  10. @ Francesca : celui du pont de la Grange-aux-Belles tient le coup… 😉

  11. Arlette A dit :

    Blanche Neige s’en est allée flâner au bord de l’eau le chat volant l’a emportée au rythme de la batterie les petits nains sont endormis c’était la fable de Pâques carillonnées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :