Élections présidentielles, deuxième tour : ne plus tergiverser !

(Paris, rue de Marseille, 10e, 20 avril. Cliquer pour agrandir.)

Ce n’est pas parce que Marine Le Pen (MLP) a changé d’affiche et de slogan, pour le dernier virage final, qu’elle a acquis une nouvelle virginité.

Certes, son slogan repeint, « Choisir la France », est ramasse-tout et bien refermé sur lui-même (le précédent « Remettre La France en ordre », aux relents d’Occupation, étant camouflé désormais par une sorte de pudeur in extremis), la mention uniquement de son prénom comme si elle était « notre » amie, sa cuisse légèrement dévoilée (serait-elle unijambiste comme son père est borgne ?) et négligemment croisée sur le bureau où elle se tient à moitié assise, jouant presque le rôle de composition dans un film du genre Corporate, tout ceci peut-il effacer son programme ultra-nationaliste (« On est chez nous ! »), revanchard, anti-européen, anti-immigrés, fait de murs et de barbelés pour tous ceux qui n’auront pas obtenu l’estampille « française » qu’elle se croit autorisée à accaparer comme, en d’autres circonstances, celle de Jeanne d’Arc ?

Même si, à l’inverse, la nouvelle affiche d’Emmanuel Macron n’est pas vraiment dynamique, avec un slogan plutôt quelconque, et une photo déjà vue mille fois, au moins sait-on, comme l’a écrit avec force Raphaël Glucksmann, qu’il faudra « pourtant » voter pour lui, car c’est le seul rempart contre le spectre peroxydé en blond d’un fascisme « soft » et déguisé sous quelques oripeaux sociaux : sa visite-éclair à Whirlpool, le temps de poser pour quelques selfies, aura montré au grand jour sa démagogie sans retenue, alors qu’Emmanuel Macron affrontait dans le même temps, avec courage et arguments, les syndicalistes et ouvriers du site.

Il n’est donc plus temps de tergiverser, en singeant l’attitude, hélas incompréhensible, de Jean-Luc Mélenchon, celui qui ne prend pas parti, après l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, au grand dam de ceux qui pensaient qu’il représentait le bulldozzer incontournable contre le FN et sa représentante de (fonds de) commerce et l’ouverture enfin vers une gauche différente de la précédente au pouvoir.

Le 7 mai, je voterai, comme de très nombreux Français, contre MLP en utilisant pour ce faire le bulletin portant le nom d’Emmanuel Macron (en l’occurrence, ce dithyrambe est une couronne qui pèse) : s’il faut lutter ensuite contre sa politique « sociale-libérale », pour l’instant annoncée plus libérale que sociale, comme l’indiquait hier dans sa lettre quotidienne Laurent Joffrin, directeur de Libération, on sait que l’on aura au moins le droit de s’exprimer et de manifester démocratiquement notre opposition, au lieu de peupler les camps sans doute ouverts pour tous les opposants ou réfractaires à la politique d’extrême droite de la fille qui marine dans les vieux relents d’une « France moisie », pour reprendre la formule célèbre de Philippe Sollers.

Le résultat du 7 mai au soir n’est pas acquis d’avance : les écarts se resserrent. La moindre voix opposée à la politique réactionnaire et néo-fasciste incarnée par MLP doit se mobiliser – et non pas choisir l’abstention, le bulletin « nul », comme son nom l’indique, ou le bulletin blanc.

Or, comment se regarder en face durant cinq ans (ou sept ans) si MLP accédait, par grand malheur, aux commandes d’un État policier, verrouillé, rabougri, enclos dans ses « frontières », sans culture, révisionniste (je ne l’ai pas baptisée sans raison « Machine à Laver Pétain ») et, en quelque sorte, inhumain : l’Etat, « le plus froid des monstres froids », décrit par Hobbes, sans qu’il ait pu penser à sa version éventuellement lepéniste et à tout coup catastrophique.

(Maréchal, nous voilà !)

Tagué , , , , , , , , ,

45 réflexions sur “Élections présidentielles, deuxième tour : ne plus tergiverser !

  1. brigetoun dit :

    oui pas l’ombre d’une hésitation, juste une peur moindre de ce qui arrivera avec lui, moindre et d’un autre ordre – alors prendre ensuite tout ce que pourrons pour tenter de limiter les dégâts (ne pas penser à son intention de prendre mesures des pires par ordonnances)

    • @ brigetoun : que José Bové appelle à voter Macron (c’est-à-dire anti-Le Pen) et Marie-France Garraud (comme Christine Boutin) pour MLP, l’ordre des choses est respecté.
      Il faudra voir Macron à l’œuvre et MLP dans le désœuvrement. 😉

  2. Domi Amouroux dit :

    Aucune hésitation possible…

  3. Francesca dit :

    Beaucoup de mes amis me reprochent de ne pas avoir voté pour le faux enfant de choeur au premier tour pour barrer tout de suite la route à la blondasse : or, elle est là et bien là !
    Ils avaient aussi voté Chirac en 2002 ; pas moi, je savais qu’on y aurait droit. On l’a eu !
    Maintenant, il semble que MLP ne passerait qu’à condition de bénéficier des votes de 50% de mélenchonistes + 40% de droitiers… deux folles hypothèses, quand même !
    Mais je me déciderai le matin du 7 mai : soit blanc, soit bleu-roi-des-banques s’il y a vraiment le feu au lac !
    Macron, on l’aura. J’aimerais que ce soit sans moi…

    • @ Francesca : Pour Chirac, heureusement que d’autres sont descendus dans la rue un jour pour s’opposer au père Fouettard.
      Tu auras Macron, j’espère, et ce sera sans toi, quelle gloire (il faudra porter une pancarte, place de la République, avec ceux qui se gargariseront de leur absence de prise de position le 7 mai) ! 🙂

      • Francesca dit :

        Pas l’intention de me gargariser (!) mais c’est une erreur de penser que le père fouettard a été écarté grâce au vote Chirac des « gens de gauche », il l’eût été sans ! Tout ce que ça a donné c’est l’ascension spectaculaire de la fille.
        Réitérer avec Macron, dont tout le monde se plaindra trop tard, serait donner du temps et de l’élan à MLP pour 2022 et là, bonjour les dégâts !
        C’est mon humble avis, pas une leçon. Que chacun vote en conscience.

        @ Francesca : au moins, avec Macron, on pourra se plaindre. 🙂 D.H.

  4. gballand dit :

    En contrepoint à votre article, celui-ci.

  5. Macron le candidat anti-pêche, si j’ai bien compris. Ici on attend fébrilement les résultats

  6. PdB dit :

    (des consignes de vote, ça sert à quoi sinon à épater la galerie ?) moi aussi, tant pis (la vente des pinces à linge devrait être remboursée par la sécurité sociale)

    • @ PdB : ne pas confondre « consignes de vote » et « explications de vote ». Chacun fait ce qu’il veut, et s’exprime comme il l’entend.
      La pince à linge, on peut la laisser aux frères Jacques : maintenant, on a les sèche-linge (bientôt polonais) de chez Whirlpool… 🙂

      • PdB dit :

        (je parlais de méluche non point de ton poste (chacun est (encore ?) libre (pour combien de temps ?) de faire ce qu’il sent (pince à linge, pour ma part, si je peux me permettre – en cela, assez proche de Francesca pour tout dire)) sera-t-on dans l’opposition, après ce 7 mai fatidique pour ce micron-là ?

        @ PdB : on verra mais on ne peut éviter le choix. 😉 D.H.

  7. jeandler dit :

    Très juste, un texte qui rallie et n’exclue pas.

  8. Alex dit :

    Ce qui ressort de cette campagne, pour tous les candidats, les idéologies, c’est fini, on ne veut plus des étiquettes, les partis à la trappe.
    Il va falloir repenser le langage politique.
    Peut-être Mélenchon a-t-il raison, retourner aux origines de la philosophie.
    Restons zen. Wait-and-see.

    • @ Alex : le discours anti-idéologique est toujours une idéologie dont on sait parfaitement d’où elle vient.
      Concernant Mélenchon, avez-vous remarqué que son logo de « La France insoumise » (FI = le « fi » grec) est totalement copié sur celui, bien plus ancien, des « Cahiers pédagogiques » ?
      Le copiste a encore du boulot devant lui, puisqu’il semble être retourné à ses chères études (Démosthène est-il son maître à penser, ou bien a-t-il choisi plutôt « la caverne » de Platon ?) 😉

  9. Désormière dit :

    Je ne vois ici ni consigne, ni influence, juste une conscience, une connaissance de l’histoire. Les gamins qui défilent et ne veulent « ni Patrie ni patron », comment se sentiraient-ils le jour où il auraient réussi à faire capoter un pays vers un régime autoritaire dont on a du mal à dire le nom ? Et les autres, ces adultes, ces gens responsables, qui au nom de leur dignité et de la fidélité à leurs idées préfèrent laisser aux autres la responsabilité d’un éventuel résultat dont personne (si, il y en a quelques-uns) ne veut ? La roulette russe, c’est seulement rigolo dans les films. J’ai regretté, à une autre époque, d’avoir à voter Chirac, mais je me suis interdit de regretter de l’avoir fait.

    • @ Désormière : j’ai vu un excellent dessin de Seltoon sur Twitter, il faut que je le retrouve pour vous :
      Un très vieux prof tout seul dans sa classe, alors que les lycéens sont partis manifester « Ni Le Pen, ni Macron ! » (le fameux ni-ni sarkoziste remis au goût du jour, mais pas par son auteur…).
      Sur son bras, la manche de pull relevée, on aperçoit un numéro de déporté.

      Merci pour votre passage ! 🙂

      • PdB dit :

        @Désormière : (ah je vois que l’amie Désormière a pensé la même chose que toi… I’m so sorry…!!) je ne parlais pas d’ici du tout. Amicalement à vous

        @ PdB : ta formulation quelque peu ambiguë a pu nous faire croire que… (ce qui m’étonnait de toi) : excuses alors pour la mauvaise interprétation… et bonne journée ! 😉

  10. nanamarton dit :

    Tentée par le vote blanc et saturée jusqu’à la nausée des appels à voter et des consignes de vote de tous bords, je trouve au contraire vos explications de vote très convaincantes. Merci !

    • @ nanamarton : je ne fais pas de prosélytisme (ou d’élitisme tout court). C’est juste mon opinion, qui a varié depuis quelques jours, après les résultats du 23 avril au soir et l’attitude lamentable de Mélenchon. 😉

      • Francesca dit :

        J’aurais quant à moi trouvé lamentable que Mélenchon, après avoir incité à réfléchir et à décider par soi-même sans se référer aux consignes d’un chef, se mette à en donner…
        Mon opinion aussi a varié : sur lui, avec le temps et la vague immense d’espoir que ses propos ont soulevée jusqu’à un très beau score, on la surfera !

        @ Francesca : si Mélenchon a besoin de l’avis de 400 000 signataires pour savoir quel choix il doit faire entre une néo-fasciste et un néo-libéral, c’est qu’il a besoin de lire un peu de philosophie politique…
        Son éviction de la compétition va enfin lui en laisser le temps. 😉 D.H.

  11. Godart dit :

    Pas d’illusion, Macron s’est rendu chez les Whirpool, campagne oblige. Au pouvoir, ce sont les CRS qu’il enverra, car contrairement à ce qu’il voudrait faire croire, c’est un monde complètement inconnu de lui. Mais la machine à culpabiliser est en route, bien relayée par les médias. Le candidat  » Paris Match  » n’a pas de souci à se faire.

  12. Francesca dit :

    Mélenchon dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. Il écoute, c’est bien. Son propre choix n’est pas le sujet… il est question de sa responsabilité vis-à-vis, non seulement des 400 000 qui sont une bonne indication, mais aussi de tous les insoumis qui, comme moi, ont apprécié ce qu’il proposait de faire ensemble. Voilà.
    Certes, avec Macron, on pourra se plaindre mais ça ne servira à rien du tout, comme contre Hollande, mais si j’ai samedi 6 au soir la certitude que la Le PHaine risque fort de passer, je voterai Macron dimanche évidemment (Mélenchon aussi sans aucun doute !).

  13. ck dit :

    Merci Dominique!

  14. Eymery dit :

    Pour ceux qui veulent s’abstenir, car ils veulent un vrai changement, ce qui se comprend, ne pas oublier qu’ensuite il faudra aller manifester, ce sera plus facile avec Macron qu’avec MLP.

  15. Godart dit :

    Ponce Pilate revient !

  16. @ Godart : certains cherchent peut-être – inconsciemment – l’échec et mat (« mais je ne dirai pas de qui il s’agit »…) ! 😉

    • Godart dit :

      L’adjectif « lamentable » s’applique parfaitement à dupont-aignan qui ne mérite pas de majuscule. Il donne effectivement de la force à votre positionnement clair et me fait reconsidérer le mien.

  17. @ Godart : MLP est prête à « draguer » n’importe qui, même les « insoumis » de JLM. Cela tourne à la farce !
    Merci d’avoir compris ma position (dont j’avais d’ailleurs changé moi-même…) ! 😉

  18. Francoise et Jacques dit :

    Je te lis un peu tardivement…

    Bon papier, et je partage ton analyse

    Ici, les français qui voteront , le feront à 90% pour le supporter de l’eau tiède.

    Jacques

    >

    • @ Francoise et Jacques : oui, mais après les résultats du premier tour et la position pour le moins ambiguë de JLM – laissant ainsi la porte ouverte pour 70 % de ses « insoumis » internautiques (quelque 200 000 cliquant sur leurs ordis car leur chef n’est pas capable de se déterminer clairement !) à l’abstention au deuxième tour ou au bulletin nul ou blanc – il m’a semblé indispensable de voter Macron (j’ose prononcer son nom) dimanche 7 mai pour faire barrage à la candidate en hauts talons – mais sans talent – du FN, comme elle l’a prouvé hier soir. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :