Ce « planétarium » naturel où vécut un temps Nathalie Sarraute

Passant à nouveau par Chérence (Val-d’Oise) le 2 juin dans la matinée, il fallait revoir ce « planétarium » naturel où vécut un temps Nathalie Sarraute.

On ne pouvait faire œuvre ici que de certains « tropismes » – impossible de voir de l’autre côté des murs – et de tours d’imagination, et déplorer aussi la construction d’un immense bâtiment (futur hôtel ou maison de retraite ?), presque contigu à l’habitation de l’écrivain, isolée au début ou à la fin du village.

Un peu plus loin, des animaux paissent tranquillement sous le ciel un peu agité.

Oui, un « planétarium », avec son mystère littéraire, et pas « une planète B ».

Hélas, hier soir à Londres, une fois encore, le rouge remplaçait le vert.

(photos : cliquer pour agrandir.)

Tagué , ,

22 réflexions sur “Ce « planétarium » naturel où vécut un temps Nathalie Sarraute

  1. brigetoun dit :

    tant de simplicité bucolique, le souvenir d’un grand écrivain (désolée je n’aime pas le son de écrivaine alors tant pis) et ce choc encore et encore de la brutalité sanglante (même si elle, dans un village proche, elle a eu son temps de crainte d’une autre brutalité)

  2. annaurlivernenghi dit :

    Ça fait du bien,

  3. Arlette A dit :

    Dans la simplicité naissent alors les grandes pensées ok écrivain plébiscité

  4. Alex dit :

    Vraie et belle maison à vivre.

  5. Francesca dit :

    La lecture de Sarraute ne donne aucune idée de la rusticité et de l’isolement de cette maison… Merci de la visite !

  6. Godart dit :

    Merci pour cette parenthèse bucolique, pour ces photos champêtres et le lien si intéressant.

  7. Une île en pleine terre, comme une tentation d’aller vivre hors du monde, en faisait semblant de croire que le monde n’englobe pas cet ailleurs et que ses vagues ny ressacquent pas (je ne dis pas cela de vous, ni de Madame Sarraute, mais de moi, bien sûr).

  8. PdB dit :

    quand je pense à Nathalie (outre la chanson de monsieur Cent Mille Volts) me vient son « Enfance » magique et aussi l’image de sa fille Claude, laquelle me mène quasi directement à Claude Lévi-Strauss, et ses cent (une) années lesquelles échurent presque à Nathalie – et ainsi se boucle la boucle… Merci pour ce petit tour en neuf cinq…

  9. Aurélie-Bea dit :

    Poser un souvenir après l’autre.
    Quelle planète sait les accepter si ce n’est la notre comme s’excuser d’être en vie après tout.

  10. […] oublié le nom (il se reconnaîtra) (l’image du hangar se trouve aussi sur le blog du Chasse-Clou lorsqu’il visita Chérence) le tout formidable de drôlerie, de sensibilité et de courage (et un peu de cucuterie comme la […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :