Prise en flagrant délit de taguer un mur

Hier matin, en allant au commissariat de police parisien de la rue Louis-Blanc (10e) et après avoir franchi la chicane devant l’entrée, ouvert mon sac, mon blouson, m’être fait fouiller et palper par un policier « lourdement armé », j’ai pu remplir ma procuration pour le second tour des élections législatives du 18 juin (l’appel de Macron).

J’avais juste photographié cette petite fille prise en flagrant délit de taguer un mur, situé peu avant le lieu « régalien » où figure toujours la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, et où ont été aimablement proposées des tables mises à la disposition des électeurs afin qu’ils remplissent – sans faire une seule rature – les fiches cartonnées prouvant leur civisme.

Et je me suis demandé, en sortant du commissariat, si cette « exposition » dans la rue était bien légale  : le document instituant une sorte d’état d’urgence permanent et reconduit a-t-il intégré un paragraphe pour ces assauts muraux, à moins que cet article n’ait été, lui aussi, déjà « retoqué » par le Conseil constitutionnel ?

Plaisir de toujours regarder s’envoler l’imagination horizontale, verticale ou autrement.

(photos : cliquer pour agrandir.)

(Oscar Peterson, On the Sunny Side of the Street)

Tagué , , , , ,

17 réflexions sur “Prise en flagrant délit de taguer un mur

  1. Une petite fille qui joue à cache-cache avec la loi et les passants attentifs, la rue est un musée à ciel ouvert !

  2. brigetoun dit :

    je la retrouve avec plaisir !
    pas sûr que ce soit légal (maintenant, il n’y a pas l’inscription l’interdisant) mais elle se donne le plaisir de le croire et d’enfreindre la loi, et elle nous donne le sourire (plus l’admiration devant la réalisation)

  3. On dirait un Banksy, l’artiste se baladerait-il dans votre quartier?

  4. @ colorsandpastels : il est plutôt spécialisé en chats, il me semble… 🙂

  5. Alex dit :

    Interdit d’interdire.
    On multiplie à l’excès les sens interdits, on finira bien par être obligé de les emprunter !
    Comme pour la réduction constantes des places de stationnement…

  6. Godart dit :

    Ligne horizontale, ligne verticale, heureusement le Conseil Constitutionnel veille à ce que certaines lignes démocratiques ne soient pas franchies. La photo de la petite fille est superbe, sourire bienvenu.

  7. @ Godart : il faut espérer que le Conseil constitutionnel ne décide pas d’en rester là (voir le lien mis en réponse à Alex) !
    Je me demande néanmoins combien de temps encore la petite fille aura le droit de dessiner… 😉

  8. PdB dit :

    merveilleux côté ensoleillé de la rue (oscar, quel touché…!) (en face du commissariat, on trouve le conseil des prud’hommes : immeuble bientôt à vendre, par la grâce du duo gattaz-micron) (on va aller voter)

  9. @ Pdb : oui, l’autre jour des avocats en robe sirotaient un café… 😉

  10. Francesca dit :

    Beauté dans la rue ! Et le ciel se mire sur les façades de verre…Tout est aussi tranquille que ce morceau de Peterson.

  11. Mo dit :

    Bonjour, Je viens de chez les caphys suite à leur revue N° 6.

    Elle est très réussie, cette photo!
    Mon seul souvenir d’avoir fait une procuration au commissariat est très désagréable : ambiance lourde parmi des rouleurs de mécaniques. On m’a fait recommencer 3 fois le remplissage de la fiche.

    Bon dimanche,
    Mo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :