Addiction post Bach [9]

On roule maintenant à fond la caisse (en Allemagne, sur des portions d’autoroutes bien délimitées, das ist normal) vers Leipzig car le premier concert nous attend à 20 heures, ce 13 juin.

En arrivant, il suffit, en fait, de suivre les rails des tramways – j’aime ce ciel arachnéen où les supports de l’énergie sont apparents (comme jadis les anciennes lignes téléphoniques qui furent enterrées un jour) – et de se laisser guider par notre vaillant GPS Waze, avant l’interdiction prochaine de son application en France, sous prétexte de révélation possible des emplacements des radars des forces de l’ordre à des terroristes fichés ou non…

La « Ludwigstrasse » où nous logeons était bien choisie, il s’agit aussi d’un musicien. Notre appartement est vaste et clair et donne sur une artère totalement calme. Nous avons, après avoir déchargé la voiture de ses bagages, juste le temps de demander aux tenanciers du café du coin s’ils peuvent nous appeler un taxi car nous n’avons pas encore eu le temps de repérer les différentes lignes de tramways qui nous emmèneront ensuite, tous les jours, vers la gare centrale à partir de laquelle rayonner, ou vers d’autres quartiers.

La jeune femme qui conduit le taxi est charmante et ses tatouages se laissent admirer sans faire penser à d’autres qui furent, hélas, moins esthétiques. Nous arriverons, grâce à sa conduite élégante et efficace, à la Gewandhaus un quart d’heure avant le début de la représentation musicale dans la grande salle : non pas J.S. Bach, mais Monteverdi (L’Orfeo, SV 318, sous la direction de Jordi Savall.

(Un tram peut en cacher un autre : cliquer.)

(toutes les photos sont agrandissables.)

(J.S. Bach, Partita 2, par Glenn Gould)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , , , ,

12 réflexions sur “Addiction post Bach [9]

  1. brigetoun dit :

    jolis moutons dans le ciel, tatouages sur les murs, et tatouages désirés et personnels des temps présents (ceux des temps anciens disparaissent hélas avec leurs porteurs de plus en plus)
    pas mal aussi l’Orfeo, non ? bon je vais écouter la partita, merci

  2. @ brigetoun : Merci.
    Oui, Monteverdi, c’est pour demain (je veux dire : ici)… 😉

  3. Vous avez la chance d’avoir pu voir/écouter Monteverdi par J.S. ? oh les veinards !!!!!! Quel beau voyage

  4. Arlette A dit :

    Merci en découvertes savamment présentées

  5. @ Arlette A : merci de les suivre (même si peu « savantes » !).. 😉

  6. Dom A. dit :

    Ah, voici donc le vif du sujet, si l’on peut dire
    (le hors-d’œuvre etait déjà excellent)
    Les câbles des trolley sont des portées, si l’on peut dire, aussi

  7. Alex dit :

    Voyage sur les traces du grand homme…la jolie chauffeur de taxi aux tatouages conduit un nouveau modèle de voiture Opel.

    • @ Alex : vous avez bien reconnu le logo sur le volant.
      Mais Opel est désormais (après son rachat en février dernier) filiale de PSA Peugeot-Citroën : en ce sens, oui, il s’agit bien ici d’un nouveau modèle… franco-allemand ! /-0—-0-

  8. Francesca dit :

    La troisième photo est impressionnante avec le croisement des fils pile sur le clocher.
    Quant à la partita, je l’ai par le même Gould, mais une autre année sans doute : légères différences, autant de beauté.
    Merci du voyage.

  9. @ Francesca : photo prise à la va-vite et que je ne pensais pas être, si l’on veut être pédant, quelque peu « rimbaldienne » !
    Il existe de nombreux CD de Glenn Gould avec de multiples interprétations de J.S. Bach : chacun y reconnaîtra (ou découvrira) les siens… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :