Archives du 09/07/2017

Addiction post Bach [15]

La petite église Paul-Gerhardt est située dans un quartier excentré, nous prenons un taxi (ici les prix sont raisonnables) car nous sommes en retard, cela commence à neuf heures trente.

Quand nous arrivons, la messe est déjà commencée – nous sommes venus écouter des cantates de compositeurs du temps de Bach : Johann Kunnau (1660-1722), Johann Hermann Schein (1586-1630), Johann Pachelbel (1653-1756), Johann Schelle (1648-1701)… que nous n’avons pas oublié en chemin – et le prêtre « réformé » invite tout le monde à se lever pour réciter le « Notre-Père ». Ignorant les paroles en allemand, nous demeurons assis (comme un vulgaire François Ruffin à l’Assemblée nationale !).

Et puis, après son sermon, la musique retentit : c’est un petit ensemble où le théorbe (il y a du divin dans cet instrument à long manche) suit les violons et le chœur de toute beauté.

Sous la voûte modeste, sans les grandes orgues, cette mélodie semble venir exactement de l’époque de J.S. Bach : adaptée au cadre, tout en le dépassant et lui donnant une dimension céleste.

Une fois la cérémonie terminée (on a payé comme pour un concert), nous reprenons cette fois-ci un tram en direction du centre où nous reconnaissons au loin l’immense bâtiment de la Gewandhaus qui joue sa partition moderne dans l’architecture de Leipzig.

(toutes les photos sont agrandissbles.)

(J.S. Bach, Cantate BWV 4, Christ lag in Todesbanden, extrait)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , ,