Addiction post Bach [18]

La célèbre Weimar (notamment pour sa République) n’est qu’à 129 km de Leipzig.

Le 17 juin, nous prenons l’autoroute (garder un œil fixé sur le rétro extérieur gauche car on est en doublé sans interruption par des bolides roulant à 200 km ou plus) et nous admirerons cette petite ville au passé « chargé d’Histoire » et où les artistes du Bauhaus – joli petit musée – firent aussi leurs premières armes.

J.B. Bach vécut ici, de 1708 à 1717, difficile d’ignorer toutes les traces de son passage dans cette partie de l’Allemagne !

Pas très loin se trouve le camp de concentration nazi de Buchenwald mais nous n’avions pas le cœur à aller le parcourir.

C’était le lendemain du décès d’Helmut Kohl : la politique retourne toujours à l’art si celui-ci ne l’a pas déjà attrapée par la queue.

(photo L.W.)

(photos : cliquer pour agrandir.)

(J.S. Bach, Partita N°6, 1. Toccata, par Glenn Gould)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , , ,

16 réflexions sur “Addiction post Bach [18]

  1. gballand dit :

    J’aime bien ce clin d’oeil saucisse, parce l’art ne s’arrête pas où l’on pense 😉

  2. Je ne connais pas ce Max Peifer Watenphül ( n’arrive pas à déchiffrer le dernier ), mais très intéressant

  3. brigetoun dit :

    beauté des oeuvres, de leurs lignes ascétiques, de leur charme, écho avec la première photo…
    et l’histoire qui nous rattrape toujours

  4. Alex dit :

    Tableaux intéressants, mais on déchiffre mal le nom des artistes.
    Certains se délectent à visiter les camps, heureusement vous n’en faites pas partie. Espérons que l’horreur ne ressurgira pas. Ne pensons plus à rien, écoutons Bach !

  5. Francesca dit :

    Mystère que l’Homme ! Les mêmes paysages ont vu naître des génies de la beauté, de l’intelligence et ceux de l’horreur absolue…
    Visiter les camps n’apaise pas cet étonnement mais permet d’ouvrir les yeux sur l’abîme pour ne pas oublier que « ça » a existé et que « ça » peut resurgir là ou ailleurs !

    • @ Francesca : ce type de visite, à mon avis, doit être l’objet d’une démarche unique et non intégrée à un voyage à vocation « touristique » voire musicale.
      (Lire ce qu’a écrit Georges Didi-Huberman sur Auschwitz-Birkenau dans « Écorces » (Éditions de Minuit, 2011). 🙂

  6. Francesca dit :

    Mais bien sûr ! Cependant un voyage organisé – intelligent – est plus accessible à qui n’a ni voiture ni hébergement sur place. J’ai ce précieux petit livre de Didi-Huberman, objet d’une énième polémique avec Lanzmann qui se pense seul propriétaire de tout ce qui se dit, s’écrit, se filme sur la shoah…
    Mais suivons le conseil d’Alex et revenons à Bach avec cette interprétation si personnelle et émouvante du regretté Glenn Gould.

  7. @ Francesca : même si la musique (je pense à Olivier Messiaen) fit entendre parfois – comme une sauvagerie à l’envers – quelques notes dans certains de ces lieux d’enfermement et d’extermination… 🙂

    Je rajoute pour toi cette info du 13 juillet…

  8. […] de sa série de vacances à Leipzig (c’est peut-être un lion de Weimar, je ne sais plus). Double remerciement, […]

  9. Aurélie Bea dit :

    Pas mal la conclusion, l’art l’opium de la politique. Je savais que nous n’étions qu’une illusion. 😎

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :