Gérard Collomb découvre une nouvelle Amérique

J’étais descendu dehors et tout de suite quelque chose d’étrange m’avait frappé. Plus aucune voiture n’était garée dans l’avenue. Je pensais immédiatement que sur le côté où c’est autorisé, le tournage d’un film devait être en cours de réalisation et que l’on avait enlevé les véhicules récalcitrants. Mais la veille je n’avais remarqué aucun plot orange et blanc (comme c’est l’habitude) délimitant les emplacements qu’il fallait évacuer pour laisser la place aux  camions et cars de la production cinématographique.

Au carrefour suivant, c’était aussi le désert, des deux côtés la rue Marie-et-Louise semblait soudain bizarrement plus large. Le long du canal, aucun mouvement : le bateau-mouche était bien le seul à pouvoir se déplacer dans le coin. Je pensais alors qu’un nouveau « plan de (non)circulation » avait été lancé, sans prévenir quiconque, par la maire de Paris, afin d’éradiquer une fois pour toutes la pollution endémique.

Mais plus je marchais, moins j’apercevais des automobiles (y compris les Auto-lib’ électriques). Les cyclistes et les deux-roues motorisés avaient également disparu. Un calme surprenant régnait sur la capitale. Les bus n’empruntaient plus leurs couloirs, les taxis ne les suivaient plus comme des petits chiens fidèles et on n’entendait aucun klaxon deux-tons de police ou de pompiers, ce qui est vraiment rare, puisque les véhicules d’urgence avaient dorénavant le champ libre.

Je croisais un individu en jean et tee-shirt noir qui portait une cagoule (peut-être pour se protéger des caméras de surveillance ou de l’air vicié).

– Que se passe-t-il ? lui demandais-je.

– Vous n’êtes pas au courant ?

– Non, je découvre tout cela ce matin.

– Le ministre de l’Intérieur a décidé d’interdire la circulation automobile, y compris les camions et les camionnettes, dans toutes les villes de France afin de prévenir les attentats à la « voiture-bélier ».

– Ah ! Très bien ! On va pouvoir respirer enfin !

Évidemment, la mesure pouvait sembler quelque peu… radicale. Mais n’était-il pas temps de prendre les décisions qui s’imposaient – l’appel à la mobilisation des psychiatres ne devait sans doute pas suffire pour détecter les futurs terroristes – et d’en terminer une fois pour toutes avec la terreur assassine lâchée sur quatre roues ?

On gagnait également sur tous les plans : fin de la crainte collective d’être fauchés en se baladant innocemment place de la République ou dans les rues « piétonnes » du Marais, fin de la pollution « carbonique », fin des embouteillages et de la polémique concernant le passage prochain de la rue de Rivoli à une seule file, fin des accidents et des piétons ou cyclistes renversés par des 4 x 4 aveugles, fin du bruit, des odeurs de gaz d’échappement, des chamailleries voire des échanges de coups entre conducteurs…

Seul le métro était encore autorisé à rouler : des portiques détecteurs de métaux remplaçaient désormais ceux que l’on pouvait enjamber jadis sans complexe sous le regard placide des agents de la RATP, à l’abri derrière leurs cages de verre siglées « information ». Pour les courses, un wagon spécial était réservé aux clients qui étaient encombrés de paquets venant du BHV ou de chez Bricorama. Le nombre de rames avait été sérieusement augmenté.

Autour de Paris, un mur d’enceinte de sept mètres de haut, avec des gardes armés dans les miradors, avait été érigé. Seuls les piétons, après fouille au corps, pouvaient pénétrer à l’intérieur de la forteresse. L’approvisionnement des magasins se faisait de manière souterraine par des rames de métro dites « commerciales » dont la concession avait été attribuée à l’entreprise Vinci.

Certes, il n’était pas dit que les terroristes ne trouveraient pas un autre moyen pour faire éclater, ici ou là, leurs bombes s’ils parvenaient à les introduire au sein des villes. Mais du côté automobile, en tout cas, on était parés.

D’ailleurs, Gérard Collomb ne se déplaçait plus dans la capitale qu’en Batobus – à défaut d’une caravelle – sur la Seine et autres voies navigables. Quand il retournait de temps à autre dans sa bonne ville de Lyon, il goûtait alors aux joies des promenades sur le Rhône et la Saône.

Grâce à son initiative inouïe, il avait enfin découvert une nouvelle Amérique : celle de la bonne réputation et de la reconnaissance éternelle que lui vouait désormais le peuple de France.

(Paris, rue Jean-Pierre Timbaud, 11e, 8 juillet. Cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , , , , , ,

24 réflexions sur “Gérard Collomb découvre une nouvelle Amérique

  1. brigetoun dit :

    ce qui nous différencie d’un ministre : lui peut (au moins en principe, je suppose qu’il rencontrerait quelques obstacles 🙂 ) rendre réelle l’idée que l’on a trouvé évidente et impossible, et dont nous avons souri

    • @ brigetoun : il suffit de pousser au bout de la logique l’idée de bloquer la circulation automobile comme sur la Promenades des Anglais à Nice ou ailleurs… en attendant que les terroristes trouvent autre chose… 🙂

  2. « Bon sang, mais c’est bien sûr » !
    Comment n’y avons-nous pas pensé plus tôt ?
    Plus d’automobiles, plus de problème, plus d’accident corporel mortel, plus de pollution, plus de terroriste fou motorisé, plus de réchauffement climatique…
    Il faut tout de suite envoyer le lien de votre texte aux ministères de l’environnement et du développement durable, de l’intérieur, de la santé et du commerce et des transports (ah non peut-être pas ce dernier..).
    Belle imagination et belle écriture pour cette fiction (qui n’en sera peut-être pas toujours une cependant), que j’admire 🙂

    • @ mchristinegrimard : oui, mais la ministre des transports est si peu connue… Il est clair que ces mesures entreront en vigueur petit à petit dans toutes les villes (et pas les villages ?), en s’arrêtant au moinsaux blocs de béton.
      Hélas, l’imagination (prêtée) n’est pas l’apanage du pouvoir face au délire terroriste : merci d’avoir apprécié ce texte fantaisiste même si il serait plus agréable de traiter d’autres sujets moins dramatiques !!! 😉

  3. On aimerait lire la suite de ce polar ou voir la version de l’Escargot ou encore la BD

  4. Francesca dit :

    Imaginons encore que des individus malfaisants se répartissent les éléments, individuellement non repérables, de bombes qu’ils reconstitueraient mine de rien, à l’occasion d’un pique-nique ou d’un innocent colloque sous les arbres, et qu’ils feraient alors exploser au milieu des promeneurs apaisés…
    Le scénario ci-dessus ne serait donc acceptable que si tout le monde était nu 🙂 !

  5. Excellente idée ! Encore fallait-il l’avoir. J’admire désormais m’sieur Collomb,qui décidément n’est pas un oeuf. Reste à imposer les couverts en plastique mou dans la restauration et à la maison 🙂

    • @ carnetsparesseux : la France comme un immense camping (on récupère les milliers de tentes des migrants) et des assiettes en plastique pour jouer – puisque ce sont désormais les vacances du Front populaire qui sont de nouveau autorisées – au « lancer picard » ! 😉

  6. Dom A. dit :

    Quand je lis le mot « inouï », je pense à Sarkozy.
    Sa façon de distinguer les syllabes en dodelinant et roulant les yeux, façon acteur X ou de film muet.
    (« la politique de François Hollande est inouïe »)
    Mais il parait qu’il s’« emmerde ».

    • @ Dom A : « Inoui » (sans tréma) me fait plutôt penser à Guillaume Pepy, toujours en place, vaille que vaille et rail que rail.
      Quant à Sarkozy, il devrait se préparer pour les prochains J.O. à Paris, au lieu de se lamenter sur son sort insupportable : il paraît qu’il possède les mollets pour faire du bi, du tri ou du décathlon… 😉

  7. Godart dit :

    Et pour compléter votre fiction et démontrer que les germes de la subversion et de la mise à bas de nos démocraties sont dans les moindres détails, cet article du journal Le Monde ayant pour titre: « La police aurait interdit la distribution à Paris de petits-déjeuners aux migrants ».

  8. PdB dit :

    Initiative débordant de la plus pure intelligence et, ainsi que l’appel aux psychiatres, de la plus belle eau : c’est sa hiérarchie qui doit être aux anges (en vacances, certes) (mais tout de même), enfin un ministre à la hauteur de sa tache. Prochaine étape : interdiction formelle de sortir de chez soi, quoi qu’il puisse advenir. Les chiens seront bien gardés.

    • @ PdB : Mais même chez soi, on n’est pas à l’abri. Imagine un soi-disant livreur de Chrono Post qui vient déposer un colis à ton nom et faisant entendre un léger bruit de tic-tac…
      Il faut d’urgence regrouper la population, une fois évidemment triée sur le volet, dans des camps hautement sécurisés avec rouleaux de barbelés électriques alimentés par éoliennes (un moyen de créer des emplois supplémentaires dans cette « filière » !), et patrouilles en Hummer militaires, équipés de mitrailleuses, tout autour. 🙂

  9. Alex dit :

    Excellent texte dont je savoure le style !
    On va rebâtir les murailles des fortifications, pour les villes, avec portes d’entrée à péage.
    Les Bouygues et Vinci vont être contents.

  10. Marie Lavin dit :

    Bravo ! Et désespérant bien sûr. Mais rien n’est réglé pour autant il suffirait aux terroristes potentiels de louer un bateau….

    • @ Marie Lavin : L’éventail des scénarios possibles est quasiment infini… Le ministre de l’Intérieur devra faire de très gros efforts d’imagination : c’est le moment de recruter, quoi qu’il en coûte, des spécialistes ou des prodiges du « brain storming » !!! 😉

  11. Angelilie dit :

    beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N’hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo)
    au plaisir

  12. @ Angelilie : merci pour votre passage et l’échange ! 🙂

  13. jicky baron dit :

    Beaucoup aimé. De plus j’avais lu « Christophe Colomb » d’où une lecture faussée au début. Merci Dominique

  14. @ jicky baron : difficile d’échapper à l’ambigu… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :