Mémoires et grimoires d’Arles en juillet dernier [2]

Les taureaux sortent des arènes, ils sont enfermés dans des camions à claire-voie : il faut bien qu’ils respirent le bon air d’Arles avant qu’eux-mêmes ne disparaissent à la prochaine occasion.

Tandis que les terrasses des restaurants se remplissent, le ciel joue au peintre apprenti ; et voilà que la place de la République se peuple soudain d’une foule de badauds évoquant l’arrivée imprévue et incroyable d’Emmanuel Macron.

Chacun a immédiatement dégainé son smartphone, ce sera la soirée des selfies (voir ce post publié le 15 août), juste à la fin de la visite officielle du plus haut personnage de l’État dans une expo en compagnie de Françoise Nyssen, ministre de la Culture attachée à cette ville photogénique et photophile.

(la photo ci-dessus en cache une autre.)

(photos : cliquer pour agrandir.)

(Bud Powell, Tempus Fugue-It)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , ,

22 réflexions sur “Mémoires et grimoires d’Arles en juillet dernier [2]

  1. Tout se met en place pour le spectacle du sacrifice, si même Jupiter le préside

  2. brigetoun dit :

    ces cages à taureaux : effrayantes, plus que cages, presque caisses…
    et quand je vois le superbe ciel de la seconde photo, je me dis que c’était lui la vraie vedette… (je dois dire que cette façon de s’afficher de Macron – comparée à la discrétion de Hollande venant à Avignon – avait achevé de me le rendre déplaisant)

  3. Francesca dit :

    Quelle(s) corrida(s) !!! Mieux vaut lever les yeux au ciel..

  4. Alex dit :

    Les courses de taureaux existaient déjà en Égypte, il fallait participer à la course et toréer pour devenir pharaon. En Inde, il y a 5000 ans, Arjuna doit toréer pour devenir roi. En Irlande, à Tara, ancienne capitale, avaient lieu des courses internationales, dont les vainqueurs avaient le droit de porter un casque à cornes.
    Avec son goût de la mise en scène, et pour reprendre la tradition, Macron serait descendu dans l’arène, si la foule du bon peuple d’Arles avait un peu plus insisté.

  5. le ciel ne se met ni en scène ni en caisse; enfin, on n’a pas encore trouvé le moyen de le forcer à ça. Commentaire désabusé (après avoir pesté contre le trop-chaud, je pleure les 20° perdus 🙂 )

    • @ carnets paresseux : le ciel est libre et non contraint – ne serait-ce que par les bords d’un tableau ou d’une image… 🙂

      • Le ciel peut attendre…. la saison des champignons revient, et je ne parle pas des girolles et des cèpes ; derrière la fumée, les cieux seront libres et invisibles 😦

        @ carnetsparesseux : bientôt, ils viendront peut-être directement de Corée du Nord ? 😉 D.H.

      • ça n’est plus à exclure… mais il ne manque pas de champignonnières dans le « monde libre » et les « pays amis » et « non alignés », ni d’hurluberlus qui ne voudront laisser à personne l’occasion d’être le premier à appuyer sur le bouton 😦

        @ carnetsparesseux : on peut toujours réécouter Boris Vian en attendant le déluge… 🙂 D.H.

  6. gballand dit :

    Les taureaux sortent de l’arène pour laisser Macron y entrer, mais lui, c’est les autres qu’il sacrifie.. 😉

  7. Alex dit :

    Problème :
    Si on veut garder des vaches pour avoir du lait pour les enfants, du beurre et du fromage, et même, pour certains, manger de leur viande, – étant donné que dans la nature chez les animaux et chez les humains il y a 50% naissances mâles et 50% naissances femellles –
    …donc on est bien obligé de tuer les taureaux, en cachette ou au grand jour.

    • Alex dit :

      …ou alors, c’est la castration, le taureau devient un bœuf. Mais on ne circule plus en char à bœufs, on ne laboure plus la terre avec son bœuf, et autres travaux des champs.

      • @ Alex : Hulot (comme son nom l’indique) s’occupe de la cause animale – y compris des animaux dans les cirques – donc rien à craindre !
        On attend d’ailleurs que Stéphane Travert s’occupe rapidement de nous conseiller, ou de nous imposer, des menus « vegan » à la place de ceux au Fipronil. 😉

  8. Alex dit :

    Macron vient d’adopter un grand chien noir, style labrador, venant paraît-il de la SPA.
    Une bonne action à son actif !

  9. @ Alex : le labrador (même croisé) est un signe d’appartenance à la fonction présidentielle.
    Une petite opération de communication de plus : c’est même « Nemo » qui accueille les visiteurs sur le perron de l’Elysée (un « emploi aidé » aurait été ouvert, au mépris d’une récente mesure politique, pour un employé qui serait chargé de suivre en permanence l’animal avec un sac plastique). °;–;-

  10. Alex dit :

    Il est évident, un chef d’Etat n’a pas le temps de s’occuper de son chien, il faut tout un personnel derrière. Problème, la rémunération.
    Il paraît que ces chiens détruisent le mobilier du XVIIIème en faisant leurs crocs sur les bois, et salissent tapis et tapisseries de Louis XIV, en urinant. déféquant et griffant.
    Après leur départ, il faut tout restaurer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :