Mémoires et grimoires d’Arles en juillet dernier [4]

Comment ne pas visiter la librairie Actes Sud lorsque l’on se trouve dans la belle cité d’Arles ? Même si elle semble assez bien cachée, donnant à la fois sur une place ombragée avec son cinéma et un restaurant, et dans la petite rue du Docteur Fanton.

Elle ressemble à une sorte de labyrinthe en étages, et, une fois à l’intérieur, on n’a plus envie d’en sortir : un monde de livres, de disques, de DVD, un ensemble de multiples savoirs, s’y étale, répand, déborde de partout. Elle est comme le fleuron ou la présence concrète de la célèbre maison d’édition dont la « patronne », Françoise Nyssen, est devenue ministre de la Culture dans le gouvernement d’Édouard Philippe, sous la présidence d’Emmanuel Macron.

Il nous faudra ressortir un moment de cet espace aussi accueillant que magnétique pour faire un saut jusqu’à la gare et revenir ensuite mêler les plaisirs de la table à ceux de la lecture : un genre de « feuilleté » dont on ne saurait se lasser.

(une photo est cachée sous celle ci-dessus. Toutes les autres sont agrandissables.)

(Charles Lloyd, Forest Flower)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , , , ,

19 réflexions sur “Mémoires et grimoires d’Arles en juillet dernier [4]

  1. brigetoun dit :

    ah oui le plaisir de cette librairie (souvenir d’une longue errance en me disant non pas de sous non… et d’en être restée à deux minuscules recueils de poésie, mais plaisir du lieu et de cette compagnie de livres)
    belles les photos affichées sur un mur

  2. Le genre d’endroit où je pourrais passer des heures…
    Une chance pour nous que d’avoir une telle femme comme ministre de la culture, je l’admire beaucoup.
    Merci pour ces photos lumineuses à tous points de vue !

  3. @ mchristinegrimard : Hélas, on la voit moins dans sa librairie maintenant que dans les salons dorés qui surplombent les jardins du Palais royal.
    Mais, oui, on espère qu’elle arrivera à agir dans ce gouvernement plus préoccupé d’économie(s), semble-t-il, que de culture. Il faudrait peut-être privatiser le festival d’Avignon en le vendant à des Chinois (comme une partie du capital d’Air France…) ?
    Merci pour vos remarques sur les photos faites « en passant »… 😉

  4. PdB dit :

    une femme d’affaires (la rue dédiée Nina Berberova (l’une des locomotives – paix sur son âme…- de la marque) montre l’emprise de cette façon de faire) (elle me rappelle – toutes proportions gardées – la nomination au même poste du neveu de tonton par le minuscule)

    • @ PdB : pourquoi lui faire un procès d’intention avant de voir Françoise Nyssen à l’œuvre ? Nul doute que si elle devait s’aviser de ne pas disposer des moyens de son ambition, en ne jouant qu’un rôle de « faire-valoir », elle quitte courageusement ce gouvernement.
      Par ailleurs, la place… faite au livre et au cinéma, ici, à Arles, rend un hommage naturel à cet écrivain : quel éditeur ne se préoccuperait pas de la bonne « marche » de sa « maison » ?

      • PdB dit :

        Ni procès, ni intention, pardon, seulement des faits. Evidemment, il y a la rue Sébastien Bottin qui rappelle au plan symbolique, le toponyme – les affaires sont les affaires, c’est un fait. Je me souviens (par exemple) du rachat de Flammarion par Gallimard, rachat auquel prétendait notre ministre de la culture, et qui est passé sous son nez (ça l’avait fâchée alors…); je me souviens des rachats des éditions du Rouergue, de Payot, de Rivages, et en effet : qui ne se préoccuperait de la bonne marche de ses affaires ? Le pouvoir est aux affaires, à moins que ce ne soit aussi l’inverse…

        @ PdB : tu as ouvert le lien de Wikipédia (dans ma précédente réponse) sous « maison », bravo.
        Mais si tu arrives à vraiment séparer la culture des « affaires » – pas au sens judiciaire concernant Muriel Pénible cause (®) – tu me feras signe !
        Une librairie qui ferme, c’est par un pur geste du Saint-Esprit ? Un éditeur qui en rachète un autre, c’est impossible dans un monde capitaliste ?
        On peut constater ces tours de passe-passe tout en les regrettant, il suffit d’être lucide. 🙂 D.H.

      • PdB dit :

        c’est quand j’entends le mot culture que je sors mon revolver…!! :°))

        @ PdB : Ach ! Quelle Kultur !!! 😉 D.H.

      • Francesca dit :

        On a déjà eu l’occasion de voir Françoise Nyssen à l’œuvre. Quant à moi, je me suis réjouie de sa prise de fonction. J’espère ne pas être déçue.

        @ Francesca : il faut lui laisser sa chance. 🙂 D.H.

  5. Reste à espérer que les experts comptables serviront bien la République en gardant à l’œil leurs voisins

    • @ colorsandpastels : oui, la surveillance est bien lancée : diminution du montant des APL, suppression en partie des « emplois aidés », « cessions de participations » (ne pas employer, comme Bruno Le Maire, le sale mot de « privatisations »…), et le train de la régression sociale (avec la motrice « Code du Travail » à « transformer ») est bien lancé sur les rails…=========================================== 😉

  6. Francesca dit :

    Chance de pouvoir jeter un œil vers cette maison devenue mythique dont je vois en photo 2 qu’elle est située place Nina Berberova dont elle a publié toute l’œuvre.
    MERCI !

  7. Alex dit :

    Espérons que Françoise Nyssen disposera d’un budget de la culture enfin conséquent.

  8. Merci pour cette jolie balade sur un air de jazz. J’adore cette maison d’édition qui est un gage de qualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :