Archives du 21/01/2018

Jeux de Bâle (14)

Dans le musée, quand on parcourt la longue galerie « biographique », à ciel presqu’ouvert, dédiée à Jean Tinguely, on débouche inéluctablement sur la « une » d’un journal suisse annonçant sa mort. Comme une roue dentelée dont le moteur aurait soudain lâché.

Mais revoir en photo la fontaine de la place Stravinsky à Paris (devant l’Ircam) produit comme un effet miroir avec le son coupé. Il est vrai que la plupart des « installations » de Tinguely sont inventées pour créer leur propre univers musical, dès lors qu’elles tournent ou moulinent en permanence : une simple image ne suffit pas à rendre leur relief et leur dimension en 3, 4 ou 5 D, telle qu’elle a été voulue à l’origine par l’artiste. Celui-ci laisse d’ailleurs au visiteur, en appuyant du pied sur un simple « buzzer » rouge ou noir, le plaisir de déclencher lui-même cette « mécanique des solides » (et des fluides) : une petite vidéo montrera bientôt ici même ces dispositifs ludiques en action.

Vers la fin de cet épisode, on retrouve la fameuse Mobylette Peugeot de Wim Delvoye laissée là (dans son étui) par une sorte de hasard saccadé, et réel instrument de musique d’échappement que les amateurs de deux-roues motorisés ont gardé dans les oreilles et peuvent encore imaginer, voire peut-être rencontrer, au coin d’une rue.

(Wim Delvoye, Étui pour une Mobylette, 2004.)
(Toutes les photos peuvent être agrandies.)

(Sonny Rollins, Strode Rode)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , ,