Archives du 08/03/2018

Disparitions disruptives, distractives et dispensables

D’un déclic hasardeux – bien ou mal armé – qui ferait éclore des phénomènes inexpliqués s’imposant à l’œil dénudé et puis, sur la pointe des pieds, s’en iraient, à peine entraperçus, vagabonder ailleurs.

Plaisir du jeu visuel non encore réglementé (de manière paradoxale) par le règne du « libéralisme » ambiant, épandu partout comme l’aspersion de glyphosate sur la campagne en voie d’industrialisation.

Disparitions à la Georges Perec, volant sans glapir au soupir d’avant la transmission glaçant l’imagination toujours là mais au tournant du signal d’un train sifflant trois fois.

(photos : cliquer pour agrandir.)

(Vanilla Fudge, Season of the Witch)

Tagué , ,