Olympiade parisienne

(photo prise le 14 mars. Cliquer pour agrandir.)

L’autre jour, tandis qu’Adamo annonçait sa résurrection au fronton de l’Olympia, j’ai aperçu cette affiche « cul-de-bus », comme on dit élégamment dans le milieu de la pub ; et j’aurais voulu en savoir plus sur cette moto : la marque (« Aigle », c’était pas mal trouvé !), la cylindrée, le prix, les concessionnaires…

J’étais pris comme « Into the Wild » devant l’énigme : la moto m’a toujours bottée, je repense souvent à maa dernière Honda CBK 750, 4 cylindres, gros « cube » si maniable et bourré de nitroglycérine.

Bientôt, tous les deux-roues seront interdits aussi, au nom de la pollution : chacun prendra l’avion ou le TGV sans remords aucun (eux, ils sont blancs comme neige au regard de leur trace dans l’atmosphère) et pour Paris, on n’utilisera plus que ses jarrets (de bus) et les vélos, quand ils sont disponibles selon les capacités gestionnaires de nos chères instances municipales.

(Roger McGuinn, Ballad of Easy Rider)

Tagué , , , , , ,

12 réflexions sur “Olympiade parisienne

  1. brigetoun dit :

    moi j’ai cru que c’étaient les chaussures mises en évidence au bout de ces jambes nues qui étaient l’aigle – vais écouter la ballade pour y réfléchir (euh) en me souvenant

  2. rêver des jouets c’est être libre Max

  3. Désormière dit :

    J’y ai vu tout autre chose, quelque chose qui ne m’a pas vraiment plu. Encore une fois, la femme, ses jambes selon un angle qui n’est pas innocent. Cette machine enfourchée par une femme est évidemment destinée aux hommes. Et ô combien je comprends qu’elle attire l’œil. Le temps sera long avant que l’on arrive à ne plus taper sur le nez des vilains petits cochons auxquels on fait croire, à chaque instant, que la friandise posée devant eux est pour eux sans concession.

    • @ Désormière : La pub « sexiste » est évidente. Je n’ai pas voulu insister et me suis amusé à faire semblant de croire qu’il s’agissait d’autre chose.
      Si mon appréciation était univoque, aucun autre commentaire ne pourrait venir, comme le vôtre, ajouter sa patte aux quelques lignes ironiques ici déposées plus haut. 🙂

  4. Alex dit :

    Y a plus qu’à aller se réfugier en Corée du Nord, y a personne sur les routes.
    Ou s’ils veulent pas des migrants, en Afrique, y a même pas de routes.

  5. Francesca dit :

    Les jambes en ciseaux sont sans ambiguïté encore un fantasme de publiciste masculin mais j’adore ton « jarrets de bus » !🤣

  6. PdB dit :

    un retour en forme d’adieux, on suppose, pour ce Sauveur-là… ? (et dire qu’il chante encore… quelle misère..!)

  7. @ PdB : Andante pour Adamo… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :