Relevés d’objectif [2/2]

« En moins de vingt ans au plus, réfléchit-il, on aura cessé de répondre à cette simple et importante question : « La vie était-elle meilleure avant la Révolution qu’à présent ? » En fait, on ne pouvait déjà pas y répondre, puisque les quelques survivants épars de l’ancien monde étaient incapables de comparer une époque à l’autre. Ils se rappelaient un million de choses sans importance : une querelle avec un collègue, la recherche d’une pompe à bicyclette perdue, l’expression de visage d’une sœur morte depuis longtemps, les tourbillons de poussière par un matin de vent d’il y avait soixante-dix ans, mais tous les faits importants étaient en dehors du champ de leur vision. Ils étaient comme des fourmis. Elles peuvent voir les petits objets mais non les gros.
La mémoire était défaillante et les documents falsifiés, la prétention du Parti à avoir amélioré les conditions de la vie humaine devait alors être acceptée, car il n’existait pas et ne pourrait jamais exister de modèle à quoi comparer les conditions actuelles. »

George Orwell, 1984, Gallimard 1950 (éd. Le Livre de poche, n° 1210-1211, 1967, traduit de l’anglais par Amélie Audiberti, pages 136-137).

L’Histoire a-t-elle un statut, et, si oui, ne faudrait-il pas le supprimer, lui aussi ? On ferait ainsi des économies et on éviterait de toujours ramener sur le tapis quelques vieilles lunes comme le Front populaire, les congés payés de 36, les acquis sociaux de 45, le vote des femmes, la légalisation de l’avortement, la majorité à 18 ans, le « mariage pour tous », la parité (pas encore effective pour les salaires), les services publics, les cheminots privilégiés, les fonctionnaires engraissés, les retraités assouvis, les chômeurs fainéants, etc.

« Du passé faisons table rase… » : ce slogan révisionniste avant la lettre devrait être récupéré par le pouvoir en place si l’on entend « marcher » à grands pas vers le « nouveau monde » promis pas seulement par un ministre nommé Collomb !

Ainsi qu’il est écrit (temporairement) sur la statue de la République à Paris, juste à coté de la mention de Mai 68 : « Ils commémorent, nous recommençons ». L’Histoire, ici prise en flagrant délit de mauvais conseil ou de référence sulfureuse, devrait être réservée par précaution minimale à quelques spécialistes, sous la houlette par exemple du fumeux et fâcheux Robert Faurisson. Mais le peuple, lui, avait-il besoin de rechercher dans les années anciennes – à l’époque de cette lanterne vacillante de la soi-disant « lutte des classes » – des leçons, des idées ou des espoirs ?

Non, il fallait viser avant tout l’efficacité, le pragmatisme, le réalisme, l’effacement du distinguo désuet gauche/droite : dorénavant, « la dette » et le budget commandaient, la France devait être gérée comme une grande entreprise avec des objectifs définis, un bilan, des « retours d’expérience », et un personnel jugé en permanence sur le rendement qu’il fournissait et sur l’enthousiasme qu’il avait intérêt à manifester dans le travail qui lui était généreusement accordé après un parcours semé d’embûches plus souvent que d’embauches.

Les monuments rappelant des époques révolues seraient logiquement abattus et les traces indigènes rapportées par le colonialisme (telles ces sculptures africaines et, pourquoi pas, ces antiquités égyptiennes) rendues à leurs légitimes propriétaires, spoliés au nom d’une idéologie désormais dépassée à l’heure du marché mondialisé.

Le dépité Marcel Campion aurait ainsi de nouveau le droit de faire tournoyer sa roue grotesque place de la Concorde – et ce, à l’emplacement même de l’obélisque de Louxor, réexpédié enfin vers son Égypte d’origine.

(la photo ci-dessus en cache une autre.)

(cliquer pour agrandir les photos.)

(Count Basie, Good Time Blues)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , , , , , , , ,

18 réflexions sur “Relevés d’objectif [2/2]

  1. La photo aurait dû être cachée derrière le polo
    Plaidoyer implacable

  2. Alex dit :

    On marche sur un chemin semé d’embûches mais pas d’embauches, d’ailleurs les manuels d’histoire et les journaux seront supprimés, comme l’obélisque de Louqsor qui ne rapporte rien. Campion avec sa roue attend impatiemment de prendre sa place.

  3. brigetoun dit :

    et les dégâts de ce nouveau monde, ceux qui ne pourront pas suivre on les laissera sur le bord, les cachant juste par pudeur et pour la tranquillité d’esprit des en marche (mais zut on en oubliera toujours quelques-uns)

  4. Cher Dominique, bonjour !

    Vous le connaissez probablement, mais…. pour toute sécurité pour le cas que non.

    Ce bassiste Cleveland Eaton II …. il y a en plus sur Youtube de ce concert mémorable

    Bonne journée,
    Jan

    • @ lecuratordecontes : Merci… Basie est pas mal présent sur YouTube (c’est pourquoi je ne garde que votre lien), et joue toujours avec son sens inimitable du rythme… ! 🙂

  5. gballand dit :

    Orwell est une source inépuisable… « The good time », en apercevons nous-un ? Notre dépression est si profonde qu’elle nous absorbe et nous tétanise, c’est pourquoi nous nous couchons et demandons l’aumône. Même un « parcours semé d’embûches plus souvent que d’embauches » ne nous incite plus à…

  6. Toujours curieux de voir qu’à comparer le monde du jourd’hui avec la charge d’Orwell, on voit non seulement qu’il avait raison avant l’heure, mais surtout qu’il n’avait raison qu’avec timidité et mesure ; à l’aune des amphigourismes triomphants dont notre belle époque fait ses choux gras, son 1984 n’est guère plus qu’un épisode du Club des 5 (et encore, Dagobert et goûters mis à part !)
    (ça marche aussi, hélas, avec K.DIck et d’autres encore)
    bon lundi moins une heure !

    • @ carnetsparesseux : Orwell pose une question philosophique : comment le progrès peut conduire – si nulle résistance ne se lève – au totalitarisme. Il n’a pas imaginé tous les détails technologiques (il en est resté au « télécran » mais d’une manière symbolique) tels que l’univers d’Internet, la surveillance généralisée des communications, la vidéo-surveillance, les puces intradermiques ou un jour cervicales…
      Le « Club des 5 » est bien loin des visions futuristes – toujours valables – d’Orwell, d’Huxley ou de Philip K. Dick : mais si c’est votre lecture préférée… ! 🙂

      • Bien sûr, Orwell ne voulait proposer ni un pronostic ni un mode d’emploi à l’usage des mondes futurs.
        Mais je me rends compte aussi que je manque l’essentiel ici (je mettrais ça sur le dos de l’heure volée hier qui me manque ce matin) : votre belle et rude galerie de portraits de rue.

  7. @ carnetsparesseux : l’heure d’été (qu’Orwell n’avait pas prévue !) est une excuse tout à fait valable, mais même les meilleurs auteurs de science-fiction n’ont forcément pas encore tout imaginé : les voitures sans conducteurs sont déjà dépassées, il faudrait pouvoir voler soi-même… et ce serait plus écologique que l’Airbus ! 🙂

  8. L’humanité finit mal, c’est dommage. On aurait préféré être percuté par un météore, à l’instar des dinosaures, c’eût été beaucoup plus classe. Tandis qu’agoniser sous un régime libéral, franchement… c’est du papier monnaie sans contrepartie, pour reprendre leurs tics de langage. Une solution serait de faire lire aux enfants des livres subversifs, de retour de l’école ; après tout les révoltes naissent parfois de petits riens accumulés…

  9. Francesca dit :

    Levée tard avec un beau soleil, me voici déprimée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :