L’Ourcq y-es-tu ? [4/4]

Le bleu et le vert jouaient leurs harmoniques célestes et champêtres, l’eau réfléchissait tout simplement à la suite des événements.

Or, le calme était trompeur puisqu’un métro apparaissait soudain, sortant des profondeurs tel un énorme crocodile que l’on croyait disparu.

La piste poudroyait, les cyclistes se glissaient entre les glycines, les artistes du Théâtre du Fil de l’eau déjeunaient ou même fumaient en plein air (ce n’est pas encore interdit par Madame Buzyn), il faisait beau vers Pantin.

Des corbeaux croassaient et moi je croyais que l’on retrouverait bientôt la civilisation, fût-elle « mortelle », comme disait le poète.

(photos du 7 juillet. Cliquer pour agrandir.)

(Métros canal de l’Ourcq, enregistrement par D.H.)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , ,

20 réflexions sur “L’Ourcq y-es-tu ? [4/4]

  1. brigetoun dit :

    et je pédale dur (sais pas comment j’y arrive) pour vous rejoindre – viens juste de me réveiller, en douceur grâce à vos images

  2. Alex dit :

    Madame Buzin espère bien y arriver un jour, à son plan pauvreté…ou plutôt anti-pauvreté ?
    Préciser qu’il ne s’agisse pas de la pauvreté pour tous, on regrette qu’un Coluche ne fasse de sketch sur le sujet.

    • @ Alex : Des « Restos du cœur » ne semblent pas la préoccupation principale de notre joli gouvernement, plus apte à traquer mécaniquement l’automobiliste que la pauvreté accélérée… 🙂

  3. Je ne savais pas que la liberté c’était un point, une droite et une ligne de métro pendulaire…

  4. PdB dit :

    bien belle promenade quand même – certes, le bruit…mais c’est aussi la ville…

  5. Godart dit :

    Belle proposition de parcours cycliste présentant l’avantage rare d’échapper aux voitures.

  6. « on ne peut qu’avoir du respect pour lui », dit le garde qui traque le crocodile, le ficelle sur un charriot et le flanque dans le marigot exigu d’une ferme à croco… que ferait-il s’il n’avait pas de respect ?
    ajoutons que le métro avale plus de gens que le plus gros des crocodiles ! Qu’attendons-nous pour le traquer, le ficeler et lui marquer un immense respect ?
    🙂

  7. Désormière dit :

    Sur les septième et huitième photos, je reconnais les croisillons de l’architecture Perret. Anecdotique ? Oui, bien sûr.

  8. J’avoue préférer les photos au fil de l’eau, quand elle parait s’échapper des murs de la ville. Sur cette série la ville la rattrape dans un grand fracas de crissement de métal !

  9. Bien joli échange en tout cas, un chouette moment 😉🙏🏼 (C’est un peu mon quartier, j’y vais à vélo de chez moi par les pistes cyclables 👍🏼 Et c’est récent 👌🏼

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :