Archives du 23/09/2018

Voiture (ou figure) libre venue tout droit du passé

De temps en temps, comme une sorte d’OVNI, un automobiliste sort son auto ancienne (affiche-t-il toutes les vignettes nécessaires sur son pare-brise pour avoir le droit de rouler, à défaut de se déplacer en hélicoptère ?) et semble totalement isolé dans le flot de la circulation : ce n’est pas un 4 x 4 BMW ou Range Rover noir aux vitres opaques ou une berline plus à ras de terre du type Mercedes ou Renault (voir la célèbre Talisman).

Ici, le conducteur, sans gyrophare ou passe-droits, respecte les feux tricolores et craint sans doute le moindre accrochage (les cyclistes, les trottinettes et les scooters roulent dans tous les sens, il n’existe plus depuis longtemps une police de la circulation). La carrosserie de sa Ford est impeccable mais pour combien de temps encore ?

Heureusement, l’interdiction totale des autos (sauf électriques, sans conducteurs ou volantes réservées aux « premiers de cordée ») mettra bientôt fin à ce genre d’interrogation.

L’utilisation des bus obligatoires pour la populace, éradiquant l’individualisme insupportable, évitera les embouteillages automobiles dus au rétrécissement volontaire dans les villes des avenues, boulevards et rues, et recréera ainsi un esprit collectif évaporé.

ll est donc indispensable que les voitures dites « de collection », à l’origine d’une pollution énorme, stationnent une fois pour toutes dans les garages de leurs propriétaires ou dans les quelques musées spécialisés plus ou moins camouflés sur le territoire national.

(Paris, photos du 21.9.18. Cliquer pour agrandir.)

(Miles Davis, Autumn Leaves)

Tagué , , , , , ,