Automne en emporte le vent

(Paris, canal Saint-Martin, 5 novembre. Agrandir.)

(Autumn Leaves, Miles Davis, Cannonball Adderley and others.)

Tagué , , , ,

17 réflexions sur “Automne en emporte le vent

  1. brigetoun dit :

    et voilà que je trouve que l’automne est plein de charme

  2. Godart dit :

    Vol de mouettes, imitation chauve-souris.

  3. gballand dit :

    Les feuilles mortes avec les mouettes, qui nous signalent, peut-être, que l’hiver ne sera pas des nôtres, qui sait ?

  4. un concentré de beautés

  5. Francesca dit :

    Toutes les oiselles sont de sortie, joyeuses et bavardes sous un beau rayon de soleil.

  6. tartaglia dit :

    L’automne est bien plus qu’une patience de l’hiver, merci de le rappeler.

  7. si je ne m’étais pas fourvoyé place du colonel Fabien, j’aurais hier matin longé le canal. Mais trompé par la topographie, puis rentré dans mes provinces, je suis heureux de le voir ici 🙂
    et du retour inattendu des chroniques métronomiques.

  8. Monsieur R. dit :

    Un petit côté Amsterdam avec ces oiseaux marins qui tourbillonnent…

  9. rechab dit :

    Tu as donc une bonne mémoire,
    puisque tu te souviens si bien
    du ciel mauve du matin :
    nous étions allés revoir
    le canal St Martin
    du haut de la passerelle :
    bien entendu nous étions un peu loin,
    mais les vaguelettes jetant leurs étincelles,

    j’aurais pu me pencher
    pour en ramasser quelques feuilles d’or
    flottant avec le décor
    de mille reflets,
    mais tu m’en as empêché
    en me disant que je les rendrais plus belles
    encore , dans mon aquarelle .

    En fait, ce sont des mots que j’allais cueillir
    pour t’en fait une couronne,
    C’est ainsi que l’on peut décrire
    au mieux, les éclats de l’automne .
    Une couronne si légère,
    qu’elle ceint de poésie
    ma princesse ordinaire ,
    mieux que parures et joailleries…

    L’amour ne s’use que si l’on s’en sert,
    sans doute,… mais il s’use quand même
    aussi on peut le garder intact dans une boule de verre
    et la retrouver flottante sur la Seine…
    ( si je ne m’abuse,
    c’est bien qu’elle aura franchi les écluses,
    passé sous les ponts ,
    pour visiter d’autres horizons),

    aussi j’ai préféré ne rien te dire ,
    mais juste te tenir la main,
    près du canal St Martin :
    ce n’était pas pourtant le pont des soupirs
    comme à Venise, le grand Canal,
    je te sentais simplement heureuse , à mes côtés :
    avons nous eu raison
    d’oublier les saisons

    pour sentir se prolonger l’été ,
    comme d’autres feux
    persistent à briller
    avec les échos du bal ?
    Les mots sont-ils frileux,
    ou même seulement nécessaires ?
    Se ramassent-ils avec une cuiller
    s’ils restent silencieux ?

    RC

  10. @ rechab : merci pour cette légère passerelle… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :