Voiture en friche

(Paris, 7.1.19. Cliquer pour agrandir.)

Il pleuvait un peu, les gouttes s’égouttaient, les balais balayaient, je m’étais garé mais sans descendre de ma voiture (il faisait déjà nuit) pour devoir mettre ma carte bleue dans le poteau-réceptacle et taper le numéro d’immatriculation de ma Scenic, des fois que me serait venue l’idée folle de récidiver sur le même emplacement de stationnement.

À Paris, la rue Léon Frot (11e) comprend une librairie jolie – jolie librairie, ça fait plutôt bégaiement – à l’enseigne de « La Friche », au numéro 36, tout un programme d’orfèvres ou de manifs.

J’écoutais, dans l’habitacle, la pluie sur le toit faire son boulot, sans rechigner, sans chipoter, sans pleurnicher. Des gens dorment (des gendarmes aussi) dans leurs voitures, paraît-il, sous l’ère macronienne.

– Oh, dis, tu aimes la conjonction des hasards !, pensais-je une fois encore en regardant le véhicule juste devant moi.

Des passants passaient, comme le temps, dirait Brasillach le fâcheux. Une douceur nocturne m’enveloppait, une sorte de voile céleste violet descendu à l’aide de poulies silencieuses et invisibles.

J’avais finalement allumé la radio de bord, sur la fréquence préréglée de TSF Jazz.

(Phil Woods, Stolen Moments)

Tagué , , , , ,

16 réflexions sur “Voiture en friche

  1. brigetoun dit :

    très poétique le soir sur la rue Léon Frot et dans vos mots
    avec ma sale manie de penser d’abord prénom j’ai mis une minute (un peu moins peut-être) à trouver la conjonction des hasards

  2. PdB dit :

    on pourrait chanter à la dame qui traverse : « tu es passée/ es passée/ es passée/ es passée à l’orange » (comme monsieur cent mille volts)

  3. Alex dit :

    Je me demande combien rapportent les stationnements !!!

    • @ Alex : un léger magot (et la répression municipale sous-traitée à des boîtes privées équipées de voitures relevant par caméra les immatriculations des véhicules ayant dépassé l’horaire attribué)… 🙂

  4. gballand dit :

    TSF, ou Travailler, Saigner et Facturer, les principes de l’ère macronienne, non ? Le tout dans une société qui ressemble à une friche 😉

  5. mis bout à bout ces moments volés font un roman ^^

  6. Godart dit :

    Cocooning en voiture, tous les ingrédients sont là, pluie, jazz, nuit tombante, librairie à portée de pieds………Un sentiment de bien-être qu’il ne faut pas rater tant ces moments nous sont comptés.

  7. les hasards conjugués sont pâles sans l’oeil averti qui les récoltera.

    Et dans jolilibrairie, c’est plutôt braire qui malsonne à l’oreille (mais heureusement, rit boucle la boucle)

    🙂

  8. tartaglia dit :

    vous menez vie jazzy

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :