Quand Caravage passe [3/3]

En tout, on ne compte dans cette expo des œuvres de Caravage que dix tableaux – mais comment les oublier ?

Leur atmosphère, leur précision qui nous emmène « au-delà » de la représentation elle-même, dans une époque religieuse nous reliant à l’indicible, la signification apparente ou cachée des êtres peints (qu’ils soient mythiques ou aient été réels) transpercent les toiles qui disparaissent car elles prennent alors place dans notre esprit et y laissent leur marque au fer rouge ou noir.

Une fois sortis de la huitième salle, on peut aller regarder un documentaire sur le peintre italien.

Ensuite, on descend l’escalier monumental, on traverse la cour et on passe obligatoirement par la librairie où Caravage, outre les revues et livres qui lui sont consacrés, nous adresse un dernier regard tissé,  qui nous poursuivra jusqu’à la station de métro Miromesnil.

(Photos : cliquer pour agrandir.)

(Quartetto di Liuti da Milano, Ricercari, danze, madrigali, canzoni del Cinquecento, parte 3.)

[ ☛ FIN ]

Tagué , ,

18 réflexions sur “Quand Caravage passe [3/3]

  1. brigetoun dit :

    un très grand… et puis des souvenirs très anciens en voyant le jardin

  2. le lieu de l’exposition est presque aussi impressionnant que Caravage

  3. Alex dit :

    Autrefois, on ne contestait pas l’irrationnel.
    Un hôtel particulier sauvegardé, et non pas abattu comme tant de maisons dans Paris pour des immeubles anonymes.

  4. gballand dit :

    « une époque religieuse nous reliant à l’indicible », on en viendrait presque à penser que… mais non…:)

  5. Arlette A dit :

    L’aventure avec lui… exprimée audacieusement et le lieu un Plaisir raffiné par contraste

  6. alainlecomte dit :

    eh oui, on n’est jamais déçu des expos du musée Jacquemart-André, courtes mais instructives, toujours avec un petit film bien fait qui présente le tout…

  7. @ alainlecomte : il a fallu que j’aille à la Pinacothèque de Brera à Milan pour m’apercevoir qu’il y manquait un tableau de Caravage (« Le Souper à Emmaüs ») qui avait été envoyé dans ce musée, j’ai donc pu constater sur place, une fois rentré à Paris, qu’il était bien arrivé… 😉

  8. Merci pour cette lumière partagée !

  9. PdB dit :

    c’est la vie désordonnée de l’artiste qu’on découvre aussi – magnifique artiste – magnifiques couleurs – merci pour cette visite (et la musique des luths en prime)

  10. @ PdB : il paraît que la pièce de théâtre au Lucernaire était parfaite… ici, un peu de luth s’imposait… 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :