Archives du 05/02/2019

Le vent glacé des carrefours

(photo : cliquer pour agrandir.)

La neige semblait à la fois épaisse et transparente : elle faisait mine de disparaître à peine déposée sur les trottoirs, les pare-brise des voitures, les toits, les panneaux publicitaires et autres accessoires du « mobilier urbain ».

Je marchais sans me soucier des rares flocons qui venaient s’interposer entre mes yeux et le verre de mes lunettes ; rien n’avait vraiment changé, l’hiver ne rechignait pas à être encore plus l’hiver et Chicago s’en donnait même à cœur joie.

Au bout de la rue, je l’aperçus, c’était comme une recomposition de la célèbre pochette du 33 tours de l’album Free Wheelin (1963) de Bob Dylan, sur laquelle il figure avec son amie d’alors, Suze Rotolo, et dans lequel il chante notamment le prenant et lancinant It’s a Hard Rain’s A-Gonna Fall.

Mais il avait tourné brusquement le coin, l’apparition s’était transmuée en disparition – une hallucination ? – et la neige atteignait son niveau le plus bas, tout fondait, le temps, les jours, les atours, les amours.

Aux USA, il existe une ville nommée Springfield (Illinois), j’aurais aimé y faire un saut, pensais-je, tandis que je resserrais ma si douce écharpe autour du cou et continuais ma balade près du Bataclan désert, sans autre but que d’affronter le vent glacé des carrefours.

(Bob Dylan, It’s A Hard Rain’s A-Gona Fall)

Tagué , , , ,