Archives du 26/02/2019

Tout doit disparaître (y compris l’espèce humaine)


(photo : 25 février. Cliquer pour agrandir.)

La rue exposait ces affichettes sur toutes les vitrines. Nulle n’était épargnée : la fin programmée du commerce, non seulement des vêtements, mais de l’alimentation (hypermarchés, supermarchés, épiceries de nationalités diverses), de la quincaillerie, des produits et « consommables » informatiques, des librairies, des officines d’avocats ou des cabinets de médecins, des écoles, des lycées, des facs, des Fnac, des stations-services, des marchands de vélos, des cafés, des restaurants, des cinémas, des théâtres, des salles de concert, des musées, des agences de voyage, des aéroports, des gares, des bureaux de Poste, des banques, des commissariats de police, des casernes de militaires, de pompiers, des gendarmeries, des mairies, des perceptions, des hôpitaux, des cliniques, des maternités, des boutiques de Pompes funèbres, des cirques, des zoos, des plages, des pistes skiables ou cyclables, des usines automobiles, des exploitations agricoles, des chantiers navals, des centrales nucléaires, des forages en mer, des éoliennes battant des ailes comme des folles au vent mauvais de la tornade finale.

On avait pu lire dans Le Monde du 21 février une « tribune » de l’acteur Philippe Torreton prédisant que le défi climatique mettait en jeu « la survie de l’espèce humaine » et que seule une liste unique en vue des élections européennes, regroupant toutes les forces politiques du pays, pouvait aboutir à lui donner un coup d’arrêt.

Cette solution – hélas réservée à la seule connaissance des abonnés du « journal de référence » – semblait donc déjà dépassée par la multiplication des avertissements, sur papier, décorant tous les magasins, boutiques, lieux d’approvisionnement ou de production tombés sous ms yeux.

À moins que cette rue de Marseille, située à Paris (10e), n’ait été interdite momentanément à la circulation pour le tournage d’un film de science-fiction, auquel l’auteur précité de l’article catastrophique participait peut-être en tant que vedette principale et, qui sait, ultime ?

(Vanilla Fudge, Season of the Witch)

Tagué , , , ,