Archives du 04/03/2019

« Le Cubisme » au Centre Pompidou, horizons perpendiculaires ou pendulaires ([3/5]

La longévité de Juan Gris (mort à quarante ans) n’a pas atteint celle de Pablo Picasso. Mais son art personnel est à belle et bonne hauteur de son compatriote d’origine espagnole.

J’aime qu’un peintre s’appelle Gris et s’amuse parfois à démentir son patronyme. Braque en fit d’ailleurs de même.

Dans cette exposition, j’ai découvert – en coup de vent ou de fumée d’une cheminée industrielle – Léopold Survage (du piano sauvage, en fait).

(Pablo Picasso, Le Guéridon, 1913-1914.)

(Henri Laurens.)

(Fernand Léger, Le Réveille-Matin, 1914.)

(Juan Gris, Poires et raisins sur une table, automne 1913.)

(Pablo Picasso, Portrait de jeune fille, juillet-août 1914.)

(Juan Gris, Torero, 1913.)

(Juan Gris, Verre et damier, 1914.)

(Léopold Survage, Les Usines, 1914.)

(photos : cliquer pour agrandir.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , ,