Archives du 10/04/2019

Vues prises, hier matin, de la rue Beaurepaire à Paris (10e)

J’ai toujours apprécié, à Paris, ce nom de rue car on ne pense jamais en voyant sa plaque indicatrice au général Nicolas-Joseph Beaurepaire (héros de Verdun… en 1792) à qui l’on doit cette dénomination à son corps défendant, et j’estime plutôt qu’il s’agit alors d’un lieu bien choisi, plus ou moins secret, avec son pourtant célèbre café Prune et sa boutique, tout à fait  « pro », de cinéma Potemkine où l’on aime la marine.

Ici, l’imagination peut circuler librement.

(photos : cliquer pour agrandir.)

(Miles Davis, Ascenseur pour l’échafaud)

Tagué , , ,