Archives du 20/05/2019

Deux pays du Nord, Belgique et Pays-Bas, imagés et imaginés [12]

La ville de Delft n’est pas, ce soir du 3 mai, aussi ensoleillée que sur le tableau fameux de Vermeer, ce qui le rend d’autant plus précieux. Nous allons déposer nos valises à l’hôtel, garer la voiture dans les parages (le centre étant quasiment inaccessible au stationnement automobile, à cause des rues très étroites le long des petits canaux).

Il y a quelques années, nous fûmes même coincés par des plots, dans une rue, qui s’étaient ici levés après notre passage et nous dûmes attendre un autre véhicule, possédant le sésame espéré, pour être libérés.

Comme un Amsterdam en réduction et avec forcément moins de cyclistes, Delft présente la même circulation paisible et pacifique (aucun klaxon entendu) entre tous les modes de déplacement : à pied, en bicyclette, en voiture, en scooters (rares), en trottinettes (pas encore arrivées, sur les pavés mouillés ça doit glisser).

Une ville avec de l’eau (fleuves, rivières ou canaux) et tout se transforme : le ciel (se) réfléchit dans le doux friselis, l’horizon se mire à plaisir dans l’élément liquide, hardiment l’esprit plonge et s’évade.

Le restaurant est excellent. Nous rentrons à pied, peu de monde le soir, pas d’attroupements, verres de bière et cigarettes en main, devant des terrasses comme à Paris.

Le lendemain matin, au petit-déjeuner, le soleil se dévoile.

(Geertruyt van Oosten, 1330-1358)

(cliquer sur la photo ci-dessus qui en cache une autre.)

(photos : cliquer pour agrandir.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , ,