Deux pays du Nord, Belgique et Pays-Bas, imagés et imaginés [15]

Ce matin du 4 mai, on a prévu d’aller jusqu’à Alkmaar, 87 km au nord de Delft, avec le désir de découvrir la côte plus haut, ses polders et l’immense digue (32 km) qui relie deux provinces séparées par le Zuidersee.

Peu avant, nous entrons chez un antiquaire très aimable – inquiet de ne pas nous voir revenir, car il fallait trouver un distributeur de billets pour le payer, il avait pris son vélo pour nous chercher – afin d’acheter deux petits carreaux de faïence de Delft.

Soudain, une voiture Google se faufile sur le parking, j’ignore si nos visages seront floutés dans ses relevés d’espionnite aiguë (photo dédicacée à l’ami PdB, fan des « Streets Views » du géant américain).

Mais, une fois partis, nous ne sommes plus en France : les autoroutes sont limitées à 120 km/h et les nationales à 80 km/h (ils n’ont pas la chance de posséder un Édouard Philippe théoriquement droit dans ses bottes sur le frein).

Une Citroën (sans doute une 11 cv ?) hollandaise, résistante au vent, tient fort bien la route. On se croirait dans un film rétro.

Après quelques recherches pour trouver notre appartement d’un soir, nous rencontrons finalement le propriétaire. La vue est imprenable sur le canal (difficile de s’en passer…).

(voiture Google « street views »)

(Alkmaar)

(photos : cliquer pour agrandir.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , , ,

10 réflexions sur “Deux pays du Nord, Belgique et Pays-Bas, imagés et imaginés [15]

  1. brigetoun dit :

    je ne pensais pas que c’était aussi discret la machine de la voiture Google…
    plaisir de cette lumière humide du Nord

  2. gballand dit :

    En France on n’a pas de polders, mais on a des pôles d’air comprimés, « grâce à » M. M…

  3. PdB dit :

    trop d’honneur … ! (je remarque, cependant, que la teinte de la voiture est semblable à celle d’une suivante – photo de la traction avant, son moteur flottant et ses cardans homocinétiques – ce qui m’indique une sinistre mémoire…) (on la croirait venir de l’Aisne) (flouter, flouter, il en restera toujours quelque chose…!!)

  4. @ PdB : à la Libération, les sigles FFI peints en blanc sur ces véhicules gestapistes – on repense au grand film Lacombe Lucien (1974) – leur ont redonné l’honneur perdu… 🙂

  5. Alex dit :

    Ces Citroën sont restées encore longtemps après la guerre. Elles étaient d’un grand chic.
    Il y avait alors très peu de voitures dans les rues, les Français n’ont commencé à acheter une automobile qu’à partir de 1955.

Répondre à Dominique Hasselmann Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :