L’Histoire en boomerang

Dans la rue Cladel, des skaters tournicotaient, faisant sauter et claquer inlassablement leurs planches à roulettes tandis qu’un de leurs compagnons les regardait tristement, bloqué sur un banc de pierre, le bras gauche dans le plâtre.

Ce quartier de la Bourse (l’AFP occupait toujours son immeuble-vigie) était sympa et un restaurant de la rue Réaumur, à la façade toute arborée, jouait avec les mots imprimés sur son enseigne : « Le Préaumur ».

Installé à l’angle de la rue Montmartre (2e) et de la rue du Croissant, le bistro avait tout pour plaire.

J’y entrais et commandais au serveur, aimable (il convient de le noter), un expresso avec, logiquement, un croissant, puis dépliais mon « Libé ». La salle était presque déserte, à part un type dans le fond, un demi sur la table carrée, qui semblait me dévisager derrière ses lunettes de soleil.

On annonçait la canicule et ses tentacules, les températures devraient atteindre la semaine prochaine les 40° ou plus dans toute la France, la Bretagne exceptée. On commençait à nous bassiner sur toutes les ondes avec les précautions à prendre mais, « en même temps », on nous rassurait : la ministre Agnès Buzyn était sur le pont (en maillot de bain ?), prête à toute éventualité. En effet, ça la foutrait mal, alors que la grêve dans les urgences des hôpitaux continuait (et que les pompiers faisaient connaître leurs revendications), que l’on retombe dans les péripéties de l’épisode meurtrier de 2003.

Le type bizarre, un rouquin en jean et veste de coutil noire, se leva de sa chaise et vint vers moi :

– Vous savez où vous êtes, ici ?

– Oui, à La Taverne du Croissant…

– Bien…, mais regardez, en sortant, la plaque commémorative sur la devanture !

Et il exhiba brusquement de sa poche un pistolet qui me sembla en plastique, appuya sur la détente et je reçus un jet d’eau en plein dans la figure. Toute ma vision devint alors brouillée et mouillée (ils n’ont pas encore inventé les mini essuie-glaces pour lunettes).

Question canicule à Paris, c’était peut-être déjà une première précaution.

(photos prises le 21 juin. Cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , , , ,

18 réflexions sur “L’Histoire en boomerang

  1. brigetoun dit :

    l’histoire est si jolie que : est-elle vraie ?

  2. PdB dit :

    on ne peut guère se fier à personne…

  3. Ceci n’est pas une histoire

  4. gballand dit :

    Un agréable client qui voulait protéger tout un chacun de la canicule, donc. Un peu comme M. M veut nous protéger – mais pas avec un pistolet encore – des partis de gauche ou de droite et nous conduire vers le parti unique 😉

    • @ gballand : Oui, le parti et la pensée unique (donc « libérale ») se forment et conforment tous les jours.
      Il nous reste à relire (tant qu’il n’est pas interdit) George Orwell, ça fait toujours du bien ! 🙂

  5. Benhamou dit :

    Retour karmique? 😁

  6. Alex dit :

    Palais de la Bourse, intérieur magnifique, j’y vais chaque année au salon du dessin, on y voit des trésors.

  7. Robert Spire dit :

    L’endroit est « villain »…

  8. Francesca dit :

    J’aime ce café historique malgré le meurtre qui s’y perpétra et ton histoire est rafraîchissante.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :