Archives du 01/11/2019

L’art de la récup’

On pourrait, dans un premier temps, attraper les mouettes avec un filet à papillons. Ensuite, on les empaille, on les « naturalise » (belle expression retournant à l’envoyeur) et puis on les vend aux nostalgiques des réserves style Camargue ou adhérents de la LPO.

Dans un deuxième temps (mais donc pas dans « le même »), on embarque des engins tout neufs, on les dégrade un peu jusqu’à ce qu’ils ressemblent à des sortes de déchets qui rient, sans aller jusqu’à les compresser – Arman est inimitable – puis on les met sur le marché : les deux roues ne roulent plus, ne polluent plus, ne sont plus « accidentogènes » ni anxiogènes : ces pots d’échappement ne crachent plus que des  fumées et des odeurs de thé vert ou de jasmin.

Respirez, un, deux, un, deux !

(Paris, quai de Valmy, 10e, 24 octobre. Cliquer pour agrandir.)

(Miles Davis, Time after Time)

Tagué , , , , ,