Oh Japy Day !

(photos prises le 7 décembre. Cliquer pour agrandir.)

(Machine à écrire Japy ayant appartenu à mon père. Enregistrement par D.H.)

Tagué

25 réflexions sur “Oh Japy Day !

  1. Nostalgie quand tu nous tiens…

  2. @ mchristinegrimard : ou quand tu nous frappes… 🙂

  3. brigetoun dit :

    sourire au jeu de mots, mais surtout goûter le bruit maintenant que je n’ai plus à me coincer les doigts sur la chose

  4. j’ai eu une japy rouge (noël collectif aux alentours de 1974 pour que la fratrie apprenne à maitriser le monde moderne). Je me défends de la nostalgie, mais quand même, le claquement de la frappe et le ding de fin de ligne…. )

  5. tonton19150 dit :

    Ceci me fait penser à la chanson de Serge Gainsbourg : Laetitia… certes sur une autre marque mais quand même belle trouvaille épistolaire !

  6. Domi Amouroux dit :

    Une machine à écrire qui se réveille après un long sommeil : un vrai conte de Noël…

  7. Godart dit :

    Dans ce oh japy day ! il y a un peu du Kerouac et du Thoreau.

  8. Il me semble que vous tapez une ligne de plus que sur la photo : y aurait-il des ratés, du papier froissé dans la corbeille? La bonne orthographe seule est écolo #oups #jesors

    • @ colorsandpastels : vous avez raison, je me suis emmêlé les doigts vers la fin et je n’ai pas voulu refaire l’enregistrement correspondant à l’exactitude du nombre de mots frappés (si vous les avez comptés)… 🙂

  9. Jean-Pierre Boureux dit :

    Je vous savais frappé, pas à ce point. J’ai conservé la même que j’avais utilisée pour taper mon mémoire de maîtrise en 1971 ; il me reste de l’exercice une certaine agilité clavier car j’avais appris alors la frappe avec une méthode rapide. Sonnerie et tic tac restent bien présents en mémoire.

  10. Francesca dit :

    Ma mère avait la même en gris moche et je m’y suis longtemps exercée jusqu’à acquérir une certaine maîtrise, très appréciée en Fac où les copains me confièrent vite la frappe de tous nos stencils UNEF ; grrr…

  11. @ Francesca : Ah oui, la frappe sur stencils, avec la même machine, quand je faisais mon petit journal (interdit à son cinquième numéro) avec quelques copains en terminale du lycée de Vesoul, « Vendredi mutin »…
    Le premier numéro s’ouvrait par une citation que j’avais choisie dans « Les Chants de Maldoror » de Lautréamont… 🙂

  12. Aunryz dit :

    Voilà un article qui a du caractère
    vive le tapuscript

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :