Observatoire personnel de la pauvreté /3\

(Paris, avenue Parmentier, 11e, 8 janvier, 08:51. Cliquer pour agrandir.)

(John Coltrane, Alabama)

Tagué , , , ,

20 réflexions sur “Observatoire personnel de la pauvreté /3\

  1. Benhamou dit :

    Paris est malheureusement doté de très nombreux observatoires de la pauvreté.

  2. brigetoun dit :

    banalisée… et nous devons lutter pour ne pas nous y habituer

  3. @ brigetoun : Madame Buzyn (« ministre des Solidarités et de la Santé ») n’emprunte pas souvent, dirait-on, les trottoirs de la capitale. 😉

  4. Arlette Arnaud dit :

    Ici aussi à Toulon… même avec le soleil

  5. ouvrir un bureau à Luxembourg n’est pas encore prévu

  6. Francesca dit :

    Terrible !

  7. Godart dit :

    Culpabilité individuelle devant le geste qui manque parfois. Supprimer le petit café à 2 euros du matin pas vraiment indispensable pour donner, ça peut arriver, ça peut m’arriver.

  8. Robert Spire dit :

    (…)
    Sans croire en Dieu parfois nous pensons
    Dieu merci, ce n’est pas moi
    Dieu merci, ce n’est pas moi

    Ce n’est pas moi qui ai perdu mon enfant
    dans une crevasse, une avalanche, une tuerie, une rivière
    Ce n’est pas moi le corps tordu dans la voiture accidentée
    Dieu merci, ah… ce n’est pas moi

    Nous pensons Dieu merci, ce n’est pas moi
    le sans-abri, le sans-papiers, le sans-emploi,
    le sang contaminé, les dents qui tombent,
    les os qui brisent à la moindre chute
    ce n’est pas moi la droguée, le vieux, la folle!
    (…)
    Après, nous replions le journal
    nous fermons la télévision
    nous fermons tous nos sens brûlés
    et les livres d’histoire

    Nous tordons nos mains
    dans une prière difforme
    et nous pensons
    Dieu merci, ce n’est pas moi

    (Evelyne de la Chenelière – artiste québécoise)

  9. Aunryz dit :

    Ce qui est terrible est précisément
    que ces sans abris « habitent » des villes où le café est à 2€
    (chez moi on peut le trouver à 1)
    Un exercice qui peut mettre la tête à l’endroit : appeler le 115
    et imaginer ce que doit faire quelqu’un qui cherche un endroit pour dormir
    – avoir un téléphone portable (ou s’en faire prêter un)
    – avoir un point de recharge … pour pouvoir tenir en ligne, sans la perdre (sinon tout est à recommencer) pendant trois heures avant d’entendre « il reste un client avant vous »
    – …
    (Le morceau de Coltrane est – malheureusement – parfaitement adapté)

    • @ Aunryz : j’ai déjà essayé le 115, autant appeler le 22 à Asnières. 🙂

      • Aunryz dit :

        Et pourtant c’est le seul moyen qu’utilisent régulièrement des sans logis
        pour obtenir une chambre au jour le jour
        ou pour renouveler une semaine lorsqu’ils ont la chance d’avoir passé cette étape
        (le jour avant l’échéance et pas avant ! )

  10. @ Aunryz : il faut dire que c’était plusieurs fois en pleine nuit, l’hiver, et ils devaient tous dormir, les « écoutants »… 🙂

  11. Et les enfants qui dorment avec leurs parents (souvent mère seule) dans une voiture et vont à l’école le matin pour faire un peu de toilettes dans les sanitaires. C’est le progrès de notre société , sans doute, où seuls les premiers de cordées arrivent à sortir du trou.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :