Archives du 05/02/2020

Processus vers Bâle – 3 –

Si l’artiste Toba Kedhoori occupe les deux premières salles de la Fondation Beyeler, la troisième, très grande, ressemble à un terrain de jeu qui aurait été confié à Leonor Antunes.

Comme des stalagmites ou des stalactites, les sculptures verticales apparaissent, montant du sol ou descendant du plafond, il faut se glisser entre elles dans le labyrinthe doré. On marche sur du linoneum à figure géométrique inspirée d’une gravure d’Anni Albers.

L’installation, fabriquée avec divers matériaux (métal, bois, osier, cordes de chanvre…) résonne dans les têtes, tandis que d’autres visions nous font déjà signe.

(suite des œuvres de Toba Khedhoori.)

(Untitled, 2019.)

(Window, 1999.)

(Leonor Antunes, Installation, 2019.)

(Thomas Schütte, Haze, 2013.)

(Sylvia Bächli.)

[photos : cliquer pour agrandir.]

[ ☛ à suivre ]

 

Tagué , , , , , ,