Archives du 01/04/2020

Retour à Columbo

Samedi 28 mars, à 21 heures 05 sur TMC (canal 14 de la TNT), j’ai regardé Columbo dans « À chacun son heure », saison 11, 2/3, [60], avec l’imparable – ou l’imperméable – Peter Falk et une seule actrice mentionnée dans le programme de Télérama (28 mars au 3 avril 2020, numéro 3663), la joliment dénommée Joanna Going.

Le hasard était au rendez-vous comme le célèbre cabriolet décapotable Peugeot 403, gris bitume, qui détonne si bien au milieu des Chevrolet, Lincoln, Plymouth ou autres Chrysler parcourant les rues de Los Angeles : la « distanciation sociale » est déjà à l’œuvre, au sens premier du terme, quand le cher lieutenant, qui ne paie pas de mine (mais se paie celle des suspects), pénètre dans des villas super-chic où des millionnaires boivent du whisky à tire-larigot tout en s’étonnant que l’enquêteur dépêché sur les lieux d’un crime, souvent familial, se permette d’entrer sans prévenir dans leur séjour luxueux comme un chien dans un jeu de bowling.

La « victime », en l’occurrence, a été affublée d’un masque par son ravisseur (le coranovirus n’avait pourtant pas encore frappé le monde ni les USA que Trump estimait, il y a peu, hors d’atteinte), tout se déroule selon une logique sans déviation et le détail qui tue – ici, le coupable figure, inconnu, sur certaines photos de groupe – va se révéler, grâce à la sagacité, à la pugnacité, à l’absence de cécité de Columbo, comme étant la clé de l’énigme.

Plaisir de retrouver à l’écran un tel policier, tout en finesse, en intelligence, en observation, en écoute, en empathie, en ironie, en légèreté, en humour pince(s)-sans-rire, dans des épisodes télé conduits avec maestria et où la réflexion rejoint l’action, où l’invention colle au rebondissement : certaines séries sont virales, et on n’a pas encore heureusement, dans ce domaine, trouvé l’idée ou le moyen de les éradiquer.

(Photos du 28 mars : cliquer pour agrandir.)

(Billy Goldenberg, musique pour The Lady in Waiting, un des 69 épisodes de Columbo)

Tagué , , ,