Archives du 10/04/2020

Jogging et yang

(Paris, quai de Jemmapes, 10e, 6 avril. Cliquer pour agrandir.)

Récemment, « attestation de déplacement dérogatoire » papier en poche (l’intitulé de courte ligne me faisait penser à du Courteline), j’apercevais un joggeur inconscient, peu avant que l’interdiction ne tombe le 7 avril, comme un couvre-feu en plein jour – dit « couvre-chef » – pour ces sportifs confinés dorénavant entre 10 heures et 19 heures dans la journée à Paris.

La pancarte « Défense de courir durant la nuit » n’a pas encore été fabriquée.

J’ai revu et réécouté (on ne s’en lasse pas) la deuxième homélie de Monsieur le Président de la République le 16 mars, avec son historique anaphore (« Nous sommes en guerre », avis à la population répété six fois).

Il est vrai qu’il laissait encore la porte ouverte, ce soir-là, aux amateurs de shorts, de tenues fluo et de baskets à bandes quand il déclarait (voir passage vers les 05:24 mn) : « Nos déplacements seront très fortement réduits (…), seuls doivent demeurer des trajets nécessaires (…) pour aller faire ses courses, pour se soigner évidemment, pour faire un peu d’activité physique mais sans retrouver, là encore, des amis ou des proches… »

Depuis le 7 avril, le jogging est maintenant interdit (décision conjointe de la maire de Paris et du Préfet de police) et ne possède donc plus son pendant, le yang : il est vrai que les masques avaient été qualifiés, quelque temps auparavant, par le professeur Jérôme Salomon de « totalement inutiles » pour les personnes non soignantes et sortant dans la rue : on risquait hélas, en croisant un coureur à pied, de recevoir quelques postillons suspects et viraux, avant que l’Académie de médecine ne recommande le port obligatoire du masque « alternatif » pour tous et n’émette ainsi un avis contraire au discours quotidien du Directeur général de la santé (DGS), ayant masqué apparemment la pénurie inquiétante de cet accessoire sous toutes ses formes.

Un confinement « total » empêcherait certes le ravitaillement des Français et le fonctionnement de toutes les entreprises. Le « déconfinement » dont le Premier ministre eut l’imprudence de détailler les probables caractéristiques, avant de revenir dare-dare sur ses propres déclarations, est désormais reporté aux calendes grecques sans chinoiser.

Une nouvelle harangue du Chef est prévue pour « présenter sa stratégie » (dixit L’Obs du 9 avril), lundi prochain… peu « après 20 heures » (pour cause de « clapping » en hommage aux soignants), sur nos écrans petits et grands.

En attendant d’autres mesures drastiques ou dramatiques, les jolies filles qui gambaderont en nombre le soir porteront maintenant un casque léger avec une lumière rouge clignotante : ce sera toujours plus agréable que la vue d’un camion du Samu et son gyrophare aux éclats bleus accordés à la sirène assourdissante.

Tagué , , , ,