Virée masquée dans des rues parisiennes quasi désertifiées [1/3]

(Paris, 4 Mai, 10e, avenue Parmentier. Cliquer pour agrandir.)

(rue Arthur Groussier.)

(idem.)

(rue Saint-Maur.)

(rue du Chalet.)

(rue du Buisson-Saint-Louis.)

(The Modern Jazz Quartet, Blues In A Minor)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , , , ,

18 réflexions sur “Virée masquée dans des rues parisiennes quasi désertifiées [1/3]

  1. brigetoun dit :

    avec une charmante petite famille qui rentre — par prudence . — dans le mur (et des vélos et autres qui ne respectent et ne peuvent respecter la distance de 10 mètres recommandée) 🙂

    • @ brigetoun : la « distanciation sociale » à la Bourdieu étant devenue soudainement purement « physique » par la grâce d’un nouveau concept barbu, tout le monde n’a pas eu le temps de suivre ! 🙂

  2. Alex dit :

    Paris vide et…silencieux…ça fait du bien !

  3. PdB dit :

    MJQ !!! MJQ !!!

  4. Francesca dit :

    On n’est pas sûrs de vouloir retrouver le Paris « d’avant » plein de bruit et de fureur… on n’entendra plus aussi bien les oiseaux chanter et on devra se protéger des déconfinés.

  5. Les inventions de la roue et du jazz les clefs de la liberté

  6. Terrain privilégié d’un nouveau cycle amène !

  7. Les panneaux électoraux sont toujours là comme si la vie s’était arrêtée ce jour-là (ce qui s’est avéré vrai pour un certain nombre de ceux qui ont participé à cette élection malheureusement.).
    Un monde surréel, figé dans le temps.

  8. Godart dit :

    Diversité architecturale des immeubles parisiens. La maison-loft de la rue du Chalet me fait penser à celle du film « Caché » de Michael Haneke.

    • @ Godart : « Loft Story  » se tourne en cachette ici ou là avec des « mesures barrières » ad hoc, et le Chef a beaucoup d’idées lui-même sur le sujet ! 🙂

      • Godart dit :

        Merci pour le lien et l’excellent article de Libération. Un « look » ultra travaillé envoyant différents signaux plus ou moins subliminaux. J’avais noté sur une de ces nombreuses photos du Chef, celle où apparaissent les boutons de manchette, prouvant ainsi que les privilèges de l’ancien monde pouvaient côtoyer la démagogie du nouveau.

      • @ Godart : Avec « En marche », il était logique que ce soit aussi « en (boutons de) manchettes » ! 🙂 D.H.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :