Virée masquée dans des rues parisiennes quasi désertifiées [3/3]

(Paris, 10e, rue Jacques Louvel-Tessier.)

(idem.)

(idem.)

(idem.)

(rue Bichat, bientôt la réouverture ?)

(rue Marie-et-Louise. Photos et gifs : agrandir.)

(John Coltrane, Alabama)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , ,

27 réflexions sur “Virée masquée dans des rues parisiennes quasi désertifiées [3/3]

  1. brigetoun dit :

    et chacune de ces vues a pour moi ce matin un petit air de gaieté ou du charme

  2. @ brigetoun : il y a aura un peu plus d’animation le 11 mai… 🙂

  3. Francesca dit :

    Le mannequin rue Jacques Louvel-Tessier, coincé entre le rideau de fer et la vitrine, espère que Sezoho a raison et que tout va rouvrir vite. Nous aussi !

  4. gballand dit :

    Oui, l’Alabama est loin… mais avec quelques kilomètres, on peut faire le tour d’un drôle de monde, la preuve, avec vos photos…

  5. La mode parisienne sera donc aux camaïeux de noir et jaune cette année.
    Avec masques assortis ?

    • @ mchristinegrimard : Le jaune est en voie de disparition, le noir est nettement plus tendance et pour les masques, c’est comme les œufs de Pâques dans un jardin : il faut bien chercher ! 🙂

  6. Godart dit :

    John Coltrane sait se faire caressant en compagnie de vos photos, parfait pour le réveil du samedi matin.

  7. Alex dit :

    Le brouhaha va vite recommencer, gare aux oreilles !

  8. Les belles de jours disparaissent derrière les grosses voitures pour finir avec les sachets plastiques avant déconfinement, CQFD

  9. PdB dit :

    toujours aimé cette « compagnie limitée’ des confort meubles » (en face de l’ex corbeau blanc, certes) – j’aime la version de « Alabama » de Neil Young (qui n’a rien à voir mais enfin, on pense…)

    • @ PdB : Le regretté Corbeau blanc (déjà effacé par un autre avatar) s’appelle maintenant « Le Bistrot » et on ne peut que louer l’imagination débridée qui a présidé au choix de cette enseigne !
      L’Alabama de Neil Young (1973) me semble faiblard par rapport à celui de Coltrane (1962), mais ce n’est qu’un avis perso. 🙂

  10. le long dimanche de mars et d’avril s’achève lentement (près à reprendre du service en juin ?) et à regarder vos photos je songe à Mercier, le polygraphe piéton de Paris… que n’aurait-il écrit de nos rues désertées ? et des foules masquées qui vont bientôt courir dans tous les sens ?

  11. Robert Spire dit :

    Covid, rue vide…. « L’écho du vide » de Dali?

  12. @ Robert Spire : une belle période pour Dali…
    Mais ne pas oublier Magritte, le prémonitoire ! 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :