Archives du 12/09/2020

Ruses imaginaires °1°

(Paris, rue Saint-Maur, 11e, 7 septembre. Agrandir.)

Là, il faut que je marche normalement, comme si de rien n’était. Surtout, ils ne doivent pas se douter que je fréquente ce lieu, d’autant que l’enseigne n’est pas très subtile : Quartier général, comme endroit où conspirer, ça paraît gros comme une maison. Je suis persuadé qu’en face, dans une voiture « banalisée » qui a pu, par miracle, trouver une place de stationnement, deux flics surveillent les allées et venues dans ce café. Pourtant, il existe un autre endroit dans le 10ème avec la même dénomination, j’ignore s’il est aussi sous « les radars » policiers. Ils croient tous qu’on se réunit ici pour fomenter des actions nocturnes (tags anti-gouvernementaux, dévissage des éclairages, détournement des pubs sur les panneaux JCDecaux…), alors que l’on s’y retrouve tranquilles pour boire des pintes et croquer quelques cacahuètes.

Ils manifestent une phobie quasiment hystérique du complot. Et pendant qu’ils sont en planque, les cyclistes et trottinetteurs roulent dans tous les sens, franchissent allègrement les feux rouges et grillent les priorités aux automobilistes, mais pas un agent de police aux carrefours, ne serait-ce que pour réguler le chewing-gum croissant des embouteillages de la circulation moderne et de ses « mobilités douces ».

Il est vrai que c’est chouette de se réunir en groupe – ce n’est pas encore interdit – dans ce QG : notre future revue littéraire en papier, qui doit bientôt remplacer feu Le Débat, prend tournure, les contributions s’amoncellent sur la table du bistro, et on fait vraiment gaffe à ne pas renverser de bière dessus. Le premier numéro sera consacré à « l’ensauvagement » avec une belle photo de Gérald Darmanin (mais sans qu’elle soit floutée comme il le désire désormais pour ses troupes au contact du public).

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , ,