Ruses imaginaires °4°

(Paris, rue Faidherbe, 11e, 10 septembre. Agrandir.)

« Boutez-le hors de ma ville ! » aurait pu dire Pierre Hurmic, le maire (et non le duc) de Bordeaux, en parlant du « bois mort » (un sapin de Noël) qu’il désirait bannir de sa ville devenue soudain verte.

L’immeuble Boutet a pu garder à Paris sa façade magnifique et ses inscriptions dorées et provocatrices pour l’heure : « Bois exotiques, Ponçage, Bois de pays… », même s’il accueille désormais en son sein un hôtel du même nom et plutôt chic avec ses chambres personnalisées, sa piscine, son hammam et ses terrasses panoramiques.

L’art conservé demeure pourtant ici de surface. L’usine ancienne a été transformée, après quelques avatars, en dortoir de luxe pour touristes étrangers, hommes d’affaires fortunés ou couples illégitimes, pas très loin de la Bastille où rôdent encore les images phrygiennes d’une populace révoltée : la place  « rénovée » a été macadamisée et les anciens pavés (marquant l’emplacement de la forteresse où D.A.F. de Sade hurlait contre son emprisonnement) recouverts pudiquement d’un bitume cyclable et pacifique.

Mais les ruses de l’Histoire ont-elles dit leur dernier mot ?

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , , , ,

16 réflexions sur “Ruses imaginaires °4°

  1. brigetoun dit :

    Oh ! je ne savais pas que c’était devenu un hôtel !

  2. Francesca dit :

    Les prix pratiqués au restaurant-bar ne sont pas inabordables du tout : le café à 4 € dans Paris, c’est fréquent.
    La restauration de l’immeuble a commencé en 1944 et l’un des anciens fournisseurs de bois exotique était installé à… Vichy ! Ça laisse songeur.

  3. @ Francesca : les prix pratiqués pour les chambres sont également très attractifs.
    Quant à Vichy, j’ignore de quel bois (acajou ?) était fait le bureau du Maréchal Pétain… 😉

  4. PdB dit :

    (oui, enfin attractifs : on voit à qui s’adressent ces piaules) (ça avait été une annexe de l’école Boule il me semble me souvenir – longtemps j’ai vécu dans une rue adjacente – joli quartier alors gentrifié aujourd’hui) (à quatre pas se trouvait le self-service (ça ne se dit plus, si ?) du Palais de la Femme – lui proposait des prix (vraiment) abordables…)

    • @ PdB : j’avais pensé que l’ironie sans guillemets marcherait… hélas non !
      Le Palais de la Femme, lui, devrait être reconstruit et inauguré par la ministre Marlène Schiappa. 🙂

  5. annaurlivernenghi dit :

    Là, c’est l’écriture que j’aime.

  6. Godart dit :

    On peut envisager un parcours art déco beaucoup plus agréable que parcoursup. Après avoir déjeuné (mal) à la Coupole boulevard Montparnasse, pousser un peu plus loin rue de Rennes au cinéma l’Arlequin et terminer dans les draps de l’hôtel Boutet. Mais une question me taraude : peut-on y aller avec sa légitime ou son légitime ?

    • @ Godart : On ne demande plus les cartes d’identité dans les hôtels, seulement les cartes bancaires : donc « pas de souci » ! 🙂

      • lyssamara dit :

        Ça laisse trace aussi, de façon redoutable.
        Peut-on régler encore ses amours parallèles avec des billets (doux) dans les alcôves modernes ?

  7. @ lyssamara : Évident : utiliser des billets… de banque (tant qu’il en existe encore et si acceptés) ! 🙂

  8. gballand dit :

    Très bel hôtel, mais le problème c’est qu’il n’y a plus de touristes… étrangers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :