Léger mouvement des ombres littéraires ô tissées imperceptiblement

(Paris, avenue Parmentier, 10e, 14 octobre. Agrandir.)

(Philip Glass, The Photographer, extrait)

Tagué , ,

15 réflexions sur “Léger mouvement des ombres littéraires ô tissées imperceptiblement

  1. brigetoun dit :

    nos villes deviennent patientes

  2. lyssamara dit :

    Pourvu qu’on ait L’Iliade.
    Jolie perspective

  3. gballand dit :

    Joliment dit, vu et instrumentalisé.

  4. Francesca dit :

    L’une est masquée, l’autre pas… pensée fugitive qui me rappelle le beau film d’Agnès Varda « L’une chante, l’autre pas ».
    Il nous reste la lecture, ces temps-ci, et le ciné pour des séances avant 16h…

    • @ Francesca : Regarde bien, celle qui feuillette est masquée aussi…
      On verra si Roselyne Bachelot, qui se pique d’opéra, réussira à faire déplacer les horaires des cinés, théâtres et salles de concerts fermés peu après que le soleil se soit, lui aussi, couché… 😉
      Eh bien, finalement c’est non : pas d’exception à « La Règle du jeu » !

  5. Godart dit :

    Du contournement considéré comme un des beaux-arts.

  6. L’une ressemble à ma fille…

  7. Aunryz dit :

    Toucher les livres

    les humer on n’y songe même plus.
    __
    Gif tout chant

  8. Avoir toujours quelques livres d’avance, pour les moments difficiles !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :