Archives du 24/11/2020

Les petites règles et les grandes

« Il y eut des soirs où, arrivés au rendez-vous, ils devaient se croiser, sans un signe, parce qu’une patrouille venait de tourner le coin de la rue, ou qu’un hélicoptère planait au-dessus d’eux. Même si cela avait été moins dangereux, il leur eût été difficile de trouver le temps de se rencontrer. La semaine de travail de Winston était de soixante heures, celle de Julia était même plus longue et leurs jours de liberté variaient suivant la presse du moment et ne coïncidaient pas toujours. Julia, de toute façon, avait rarement une soirée complètement libre. Elle passait un temps incroyable à écouter des conférences, à prendre part à des manifestations, à distribuer de la littérature pour la Ligue Anti-Sexe des Juniors, à préparer des banderoles pour la Semaine de la Haine, à faire des collectes pour la campagne d’économie, ou à d’autres activités du même genre. Cela payait, disait-elle. C’était du camouflage. Si on respectait les petites règles, on pouvait briser les grandes. Elle entraîna même Winston à engager une autre de ses soirées. Il s’enrôla pour un travail de munitions qui était fait à tour de rôle par des volontaires zélés membres du Parti. »

George Orwell, 1984, Gallimard 1950 (Le Livre de poche 1967, N° 1210-1211, page 187).

(Paris, avenue Parmentier, 11e, 19 novembre.)

(rue du Faubourg-du-Temple, 10e, 20 novembre.)

(avenue Parmentier, 10e, 19 novembre. Agrandir les images.)

(Pink Floyd, The Dark Side Of The Moon)

Tagué , , , ,