Fermez-la (ici ou là) !

(Paris, rue Beaurepaire, 10e)

(rue Yves Toudic, 10e)

(place Jacques Bonsergent, 10e. Photos : 16 décembre. Agrandir.)

(The Animals, The House of the Rising Sun)

Tagué , , , , ,

29 réflexions sur “Fermez-la (ici ou là) !

  1. La souffrance des petits commerces essentiels ou non, est un des crève-coeurs de cette pandémie (avec celle des artistes ). Belles prises de vue, cependant.
    J’aime beaucoup le contraste du bleu Klein et du rouge devant ce lieu idéal. C’est un gif idéal !

    • @ mchristinegrimard : merci pour ce commentaire !
      Oui, la pandémie comme « sélection » sociale ou religieuse…
      Si Macron lance son « référendum » (radeau de survie ?) sur l’écologie, il devra vraiment se méfier du boomerang… 😉

  2. lyssamara dit :

    Suite de Rhapsodie in blue ?
    J’croyais que le lieu idéal pour le bleu Klein, c’était un musée ouvert.
    Quand reverrai-je hélas
    De mon petit canard
    Le joli bleu dodo
    Pffft
    🙂

    • @ lyssamara : Madame Bachelot ne s’est pas pris « la grosse tête » au sujet des musées. Elle obéit, point barre.
      Votre canard doit être « déchaîné » quelque part… 🙂

      • lyssamara dit :

        J’espère bien qu’il va se déchaîner vite ! 🙂
        @ lyssamara : 🦆

  3. Francesca dit :

    Certains petits commerces proposent un café ou un repas à la porte mais, malgré leurs soins, tout est froid au retour. On a juste pu échanger quelques mots…

  4. PdB dit :

    promenade à 20 kilomètres à la ronde, couvre-feu, restriction : ce que ces contraintes sont en train d’enfanter… (on attend la réouverture sauvage des cinémas, mais rien ne vient) (on baisse la tête pour regarder la télé, on la lève pour le cinéma) (JLG) : gardons courage !!

  5. Patrice Gaubert dit :

    C’est beau mais ça donne plutôt envie de pleurer devant l’inéluctable. La solidarité c’est bien, ça fait chaud au coeur, mais ça ne peut pas être à l’échelle de la catastrophe. Il faut serrer les dents et survivre au mieux pour vivre la reprise. L’insurrection, la révolution ne répondent pas au drame, ce sont des hochets pour pseudo-intellectuels. Ceux qui ont connu des guerres, révolutions dans les pays en développement ou développés, pendant 5 ou 10 ans, ne peuvent qu’être atterrés par ces comportements infantiles

    • @ Patrice Gaubert : vous parlez du gouvernement Castex ?

      • Patrice Gaubert dit :

        Je parle plutôt de ceux qui explosent après 8-9 mois de confinement partiel et de restrictions partielles. Qu’ils essaient de comparer leur situation précaire avec ce qu’ont connu les peuples brésilien, chilien, argentin;… avec 10 ou 20 ans de dictatures militaires sanglantes, avec la vie des Kurdes, des Syriens, des Irakiens, des Palestiniens..Pour l’instant il y a 50 000 morts de la pandémie en France, c’est à peu près ce qu’a fait la grippe espagnole en France il y a 1 siècle. Où en serons-nous dans 6 mois: peut être tout prêt de la sortie peut être pas. Pour moi la mobilisation majeure c’est tout faire pour en sortir dans 6 mois, on réactivera le cinéma, le théâtre comme il a redémarré en France après 1945. C’est cela qui me préoccupe vraiment, le prochain quinquennat ne peut pas être placé au même niveau.

      • @ Patrice Gaubert : Ah, OK, tout est donc relatif, de quoi nous plaignons-nous, c’est ça ?
        (Vous oubliez aussi les guerres de 14-18, 1940-1945, Hiroshima-Nagasaki, les guerres du Vietnam et d’Algérie, etc.).
        Alors, tout est bien et prenons notre (petit) mal en patience, attendons tranquillement le référendum sur le climat et l’élection présidentielle de 2022 – et sans nous formaliser outre mesure d’un « couvre-feu » ponctuel et d’une minuscule pandémie qui vont très vite disparaître à l’horizon avec… ô, les beaux jours ! 🙂

    • Aunryz dit :

      Peut-on parler pour ceux qui ont connu des guerres ?
      Ma mère (91 ans en ehpad, confinée) le peut
      et elle vous dirait que l’isolement de 14 jours (!) sans visite, l’a rendue incapable de parler au téléphone, alors même que rien ne confirme qu’elle serait malade.
      Ce qu’elle m’a dit de la guerre, est loin de l’attitude de repli, de capitulation devant l’ennemi (?) covid qui dicte les termes de son occupation tout comme elle a pu la connaître en 40.
      Et puisque vous parlez des pays en développement, renseignez vous sur les conséquences de notre capitulation pour ces pays, souvent peu touchés par la pandémie, mais très cruellement par notre repli du vivre qui les mets massivement au chômage (Inde notamment pays qui a le plus souffert de la grippe espagnole 18 000 000 de morts 120 fois moins du covid)

  6. gballand dit :

    « The house of the rising sun », celle-ci on y pense tous les jours, et c’est « le lieu idéal ». Je note l’adresse et après la troisième vague, je prendrai mon vélo pour y aller, de même que j’achèterai un gâteau chez ce merveilleux papatissier !

  7. Godart dit :

    Éric Burdon n’arrivera pas à nous donner le bourdon, en revanche il aimait, il aime le bourbon. Un bon client pour Prune. Merci pour les photos.

  8. Patrice Gaubert dit :

    Vous dites à peu près le contraire de ce que je dis en essayant de le tourner en dérision. Je n’ai pas parlé de petite pandémie, j’ai dit le contraire: dès maintenant aussi meurtrière en France que la grippe « espagnole », c’est clair non? Il ne s’agit pas de laisser de côté les problèmes politiques de la France mais d’arrêter le ridicule des hurlements: le couvre-feu à 20h c’est la mort de la liberté individuelle dans le « pays de la Liberté ». L’état d’urgence et même les « pleins pouvoirs » sont inscrits dans la Constitution, c’est l’Etat de droit. La nullité des oppositions en France est bien illustrée par ces incompréhensions/mauvaise foi. « Ni rire, ni pleurer, comprendre » a écrit Spinoza

  9. @ Patrice Gaubert : je vous ai sans doute mal compris, mea culpa.
    Concernant la grippe espagnole en France, elle aurait fait 240 000 morts et non les 50 000 que vous mentionnez : on a donc encore de la marge.
    Et faisons alors entière confiance à l’État de droit (son Chef a d’autres soucis pour l’instant).
    Le « ridicule des hurlements » s’éteindra tout seul avec les faillites des commerces, des restaurants, des lieux de culture et peut-être en plus quelques suicides.

    • Patrice Gaubert dit :

      Pardon pour l’erreur sur les nombres je me suis mélangé en répondant trop vite, mais on verra ce qu’est la marge dans un an, j’espère que vous aurez encore raison.
      Pour le reste regardez l’histoire de France, ses périodes de tragédies: la tragédie du théâtre au cours de l’année 68 en France, ce qui se passait dans le cinéma pouvaient faire craindre pour l’avenir. Heureusement les barbares qui voulaient faire table rase ont été balayés en quelques mois. Ce n’est pas la même période mais je ne crois pas à sa mort à cause d’une fermeture de quelques mois. Pour les commerces regardez les différents segments dans les 40 dernières années.

  10. lieu idéal = dieu allié (deuil ailé !) 🙂

  11. Aunryz dit :

    La pénitence est grande pour les petits commerces

    Je ne sais comment réagirait l’un d’eux au bord du suicide, à certaines paroles qui minimisent sa détresse.
    Pour ma part je vois un coût énorme
    qui (ne parlons pas de ce qu’il aurait fallu faire mais de la non-prochaine fois)
    utilisé en partie pour répondre de façon pugnace à ce que certains ont nommé agression voire guerre, coûtera bien moins financièrement et surtout en vie.
    Car le bilan se comptera sur le long terme
    chez les enfants (traumatisme, déscolarisation, rupture sociale, crise parentale)
    chez tous ceux qui ont vu que leur projet de vie ne tenait qu’à un bouton situé à Paris, et sur lequel il suffisait d’appuyer pour que ce projet soit ruiné.
    chez les « vieux » (dont ma mère en parfaite santé avant d’être isolée 15 jours pour test PCR positif, alors même que celui-ci n’est en rien une preuve, tout juste un indice.*) perdant pieds dans la réalité, et descendant une de ces marches qui définissent notre entrée dans la non vie qui précède la mort
    et perdant ainsi quelques mois ou année de la vie qui palpite encore

    merci de ce soutien, de cette solidarité
    qui, a défaut de pouvoir s’exprimer en prenant l’autre dans ses bras,
    se parle et rebondit ailleurs.
    __
    *Le président a lui été testé après symptômes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :