Archives du 18/03/2021

Encouragement à la lecture en vue d’un nouveau, probable et prochain confinement

(Paris, quai de Valmy, 10e, 16 mars. Cliquer pour agrandir.)

Une nouvelle signalétique parisienne vient d’apparaître le long de certains axes destinés aux « mobilités » diverses et variées.

Si l’on comprend bien le message, non signé, il s’agirait de penser ou de se préparer à lire dans la perspective d’un confinement plus ou moins élargi, en Île-de-France notamment, et dont le duo Castex/Véran nous entretiendra ce soir lors de son stand-up hebdomadaire de 18 heures (qui écrase à chaque fois son audience précédente).

L’accorte liseuse collée sur ce feu rouge – plutôt en déshérence à cause des restrictions de circulation automobile qui se succèdent sous l’empire d’une putative candidate aux élections présidentielles de 2022 – ne dévoile pas nettement, hélas, l’ouvrage qu’elle semble nous conseiller de feuilleter en sa compagnie. La température extérieure clémente lui permet d’arborer une tenue très décontractée, même si le canal Saint-Martin n’a pas encore vu Anne Hidalgo elle-même, en deux-pièces, se lancer d’un pont pour prouver la propreté de ses flots.

Certaines lectrices estimeront sans doute que cette image, accrochée sans précaution sur un vulgaire poteau signalétique, relève d’un horrible machisme. Mais ne peut-on envisager, pour rétablir l’équilibre des sens et des appétits, l’affichage de photos de jeunes hommes bien bâtis, en maillots de bain, et découvrant  eux aussi les charmes des ouvrages d’Anaïs Nin, Henry Miller, Régis Jauffret ou Stephen King ?

La mairie de Paris s’est refusée à tout commentaire sur ces illustrations urbaines et soudaines.

Il faut pourtant espérer qu’elles se multiplient car à quoi servirait-il, en ces temps de pandémie, de réglementer une circulation quasiment absente, avec des feux mal éteints, alors que l’on se retrouve si bien enfermé chez soi en train de tourner les pages d’un livre (il n’y a pas que les « séries » dans la vie !) qui n’exige qu’un effort minimal et parfois la flamme d’une chandelle, chers Amish ?

(Miles Davis, Stella by Starlight)

Tagué , , , , , , ,