________________On dénombre les carats ________________

C1 7.4.21_DH

Paris, canal Saint-Martin, 7 avril. Cliquer pour agrandir.)

Clin d’œil répétitif

du soleil éparpillé

miroitement aquatique

au profil quantique

la surface désirerait

crever d’un saut inattendu

l’ovni largué d’un nuage

créant des ridules et ronds dans l’eau

verte de sa vertu tranquille

qui se réchauffe solitaire

les rayons s’embrasent

nulle péniche pour s’y hasarder

les ponts coupés gémissent

des boulangers masqués

vendent du pain de mie

mais ici les diamants sont gratuits

on dénombre les carats

sous la loupe de l’objectif

ébloui

(Philippe GlassOpening, Glassworks – 01 – )

Tagué , ,

18 réflexions sur “________________On dénombre les carats ________________

  1. splendides carats (et si bien servis par vous – en les fixant – en les célébrant en mots) 🙂

  2. Parfait assortiment des mots, de la lumière et de la musique. Merci pour ce début de journée en poésie !

  3. Francesca dit :

    Contempler la beauté de ces diamants bruts est encore permis et tes mots choisis communiquent ton émotion. Merci !

  4. lyssamara dit :

    Il ne fallait pas moins de 6mn 24 de Opening pour dénicher peine répétitive et vertu toute de mie. Puis s’éblouir doucement de ce premier Glassworks et dénombrer – tranquille – tous les hasards gratuits.

    Merci Dominique

    • @ lyssamara : Je m’amuse toujours en découvrant quelles vignettes d’autres articles anciens vont apparaître sous le principal à partir de quelques mots-clés détectés par le système : correspondances, rapprochements, associations… ? 🙂

  5. jean-yves dit :

    Ô temps, suspend ton vol,
    Autant en emporte le vent
    Mais rien n’est gratuit,
    malgré nos espoirs de le figer en rides mélancoliques,
    le temps nous file entre les mains.
    Merci Dominique, pour cette belle harmonie matinale.

  6. Godart dit :

    Merci pour cette triple proposition-composition image, poème, musique, du Cousu main de bon matin.

  7. Pépites de bonheur

  8. gballand dit :

    Étonnant Philipp Glass qui nous fait parfaitement voyager sur ce « soleil éparpillé ».
    J’aime bien ce « crever d’un saut inattendu l’ovni largué d’un nuage ».
    Ce voyage avec carats sur le canal Saint-Martin nous sort de l’ordinaire…

  9. Robert Spire dit :

    « Que les ruisseaux sont beaux dans les villes
    Par un matin d’avril
    Quand ils charrient des arcs-en-ciel. » (Desnos, Les hommes sur la Terre)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :