Archives du 14/07/2021

Gare à la tour

GL1_DH

(Paris, rue de Lyon, 12e, 11 juillet. Agrandir.)

De loin, sa tour ressemble à un phare ou à un fanal ou à un minaret dont le but serait avant tout de signifier qu’elle est bien toujours en place, la gare de Lyon, pour les pèlerins ou les pékins qui s’y pressent et qu’il est temps d’accélérer la manœuvre si l’on observe les aiguilles qui font… le tour de la grosse horloge dont elle est ornementée.

C’est amusant car chacun dispose, depuis longtemps déjà, d’une montre ou d’un téléphone portable qui indique l’heure : mais ici cette sorte de cadran solaire (même s’il pleut) rappelle que l’on n’échappe pas au temps – si les trains sont exactement là, au départ ou à l’arrivée.

Comme un malheur n’est jamais à exclure, le cinéma (grâce à la réouverture des salles de nouveau seulement, hélas, entrebâillée) a remplacé Titanic par Titane : un signe métallique qui se tient au-dessus de la ligne de flottaison d’une croisière sur rails, à plus grande vitesse qu’un paquebot mythique à la proue duquel exultait, dans sa prime jeunesse, le cher Leonardo DiCaprio.

GL2_DH

(idem supra.)

(Philip Glass, Violin Concerto N°1, arrgt for soprano saxophone, Amy Dickinson)

Tagué , , , , , , ,