Archives du 05/09/2021

Passage(s) du temps repassé /2\

Ce qui surprend, dans ce passage du Caire – si l’on y prête attention – c’est le carrefour qui soudain laisse le piéton indécis : il n’y a pas de feux rouges, pas de voitures, pas de bicyclettes, pas de trottinettes… et pourtant on se croirait en ville (oui, d’accord, c’est déjà le cas), mais de manière spéciale puisqu’on a quitté, l’instant d’une bifurcation quasi souterraine, les encombrements du dehors.

La verrière nous rappelle que le toit est en dessous du ciel, que les oiseaux admirent le plafond de verre et que beaucoup de boutiques qu’il reflète ont baissé leur rideau de fer. Les affiches ou les noms demeurent d’origine et ce qui est caché derrière les devantures opaques ne laisse passer aucun indice d’une vie ou d’un commerce antiques.

Un photographe se trouve sans cesse dans le champ devant moi : je devine ce qu’il fixe (bruyamment puisqu’il possède un appareil argentique réflex) et je le laisse opérer sans le gêner.

Ici, un parfum d’autrefois subsiste malgré tout. Les Cairotes sont peut-être cuits mais la poussière du temps est tenace et transporte des effluves d’hier dans le bel aujourd’hui.

Pas7_DH

Pas8_DH

Pas9_DH

Pas10_DH

Pass11_DH

Pass12_DH

(Paris, 28 août. Agrandir.)

[ ☛ à suivre ]

%d blogueurs aiment cette page :