Avenir de la République

Une fois arrivé avenue de la République, lundi dernier, je m’amusais à imaginer que l’on avait changé à Paris la dénomination de celle-ci, de plus en plus rétrécie pour la circulation motorisée par les murets en béton et les plots jaunes et gris des « coronapistes » (!), dont on attendait le débarras hidalguesque, et qui ressemblait à une sorte de parabole labyrinthique de la situation de la capitale et du pays.

Tandis qu’un freluquet raciste et révisionniste – ce « petit collabo de salon » – monopolisait l’attention de la sphère médiatique et politique, les camions d’essence ou de gazole se dirigeaient vers les stations-service en attendant que le gouvernement, empêtré dans son inaction crasse, se décide enfin à faire un geste en faveur des utilisateurs maudits du carburant pour leurs véhicules fonctionnant à l’énergie du passé ou dépassée.

Dans l’expectative, Bruno Le Maire se tâtait… et le spectre des « Gilets jaunes » faisait planer sur son indécision la menace d’une révolte qui ne s’arrêterait pas aux ronds-points.

Du côté de l’Élysée, le survitaminé président de la République ne tenait déjà plus en place : un jour ici pour déposer une gerbe de fleurs sur le pont de Bezons en hommage aux victimes des « crimes inacceptables » (certains le sont ?) perpétrés par la police du préfet Papon le 17 octobre 1961, un autre jour à Poitiers pour lancer les « Etats généraux de la justice« , un troisième pour célébrer aux Invalides le 30ème anniversaire de l’opération Daguet et autres cérémonies « mémorielles » à répétition.

Ainsi, Émmanuel Macron pouvait occuper quotidiennement et tranquillement les écrans de TV et les titres des journaux : Éric (un prénom bien français) Zemmour (bizarre, comme nom !) avait quand même un peu de mal à suivre. Mais les deux candidats non déclarés à l’élection présidentielle se « tiraient la bourre » à toute berzingue, sondages en bandoulière et petites flèches décochées en marche ou au débotté.

Un boulevard s’ouvrait, en fait, devant leurs ambitions « républicaines » non dissimulées – à condition toutefois de ne pas dépasser les 30 km/h.

Av1 18.10.21_DH

(Paris, avenue Parmentier, 10e, 18 octobre.)

Av2_DH

(avenue de la République, 11e.)

av3_dh

(idem.)

Av4_DH

(idem.)

av5_dh

(idem.)

av6_dh

(idem.)

av7_dh

(rue du Faubourg-du-Temple, 10e.)

av8_dh

(rue Alibert, 10e.)

(Cliquer pour agrandir les images.)

(Art Blakey & The Jazz Messengers, Blues March)

Tagué , , , , ,

12 réflexions sur “Avenir de la République

  1. brigetoun dit :

    dans ce monde qui ne mérite plus pour sa face publique que « il y en a marre », il nous reste le revers, le privé, l’entraide, des sourires et la raison, celle qui vient avec votre « aux victimes des « crimes inacceptables » (certains le sont ?) »… 🙂

  2. Matatoune dit :

    La classe médiatique a du mal à se réveiller, comme si elle était à la fois tétanisée par un polémiste misogyne, raciste et passéiste, plusieurs fois condamné et un « Martin à la mer ! » journalier qui, comme un enfant gâté, ne sait pas quoi faire pour attirer l’attention de ses parents !

    • @ Matatoune : Ce « Z » nous z’emm… et certains médias lui déroulent le tapis brun sans problèmes de conscience. Les zurnes, il faut l’espérer (s’il se présente après toute cette mise en scène), le renverront dans un bloc psychiatrique. 🙂

  3. Francesca dit :

    Ne pas parler de ce dangereux pantin, ne pas voir son nom, voilà !

  4. Godart dit :

    Ce « Z » marionnette de Bolloré et de son empire médiatique (Cnews, C8,Canal +, Europe 1, le Journal du dimanche, Paris Match ex Lagardère…..) empoisonne notre quotidien et vient rajouter une couche aux différentes pollutions.

  5. Robert Spire dit :

    E.Z. ce polichinelle, sorte de Pétain « Gargamel » (l’histoire se répète comme une farce, paraît-il) à la bêtise incarnée parle comme un journaliste maurrassien des années 30. Il y a quelque mois, Pétain, Maurras, ennemis de la République, inspiraient les discours de Macron… A ce jeu on est toujours débordé par son extrême droite qui rend les crimes « acceptables. » 😟

  6. @ Robert Spire : Bientôt un autre guignol se déclarera en effet plus à l’extrême droite que « Z », ce Zorro proche du Zéro, et il pourra remballer ses leçons d’Histoire trafiquée… en attendant de se retrouver dans sa poubelle puante. 🙂

  7. Robert Spire dit :

    « Avenir de la République », son avenue débouche chez le Père Lachaise… pas bon signe. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :